Research Market strategy
By Swissquote Analysts
Themes Trading

Investir dans les véhicules électriques : le secteur chinois solide

By Peter Rosenstreich
Published on

Related theme

Les principaux investisseurs ayant le pouvoir d'influencer les marchés limitent leur engagement en Chine, comme le confirment les documents 13F déposés par des investisseurs tels que l'Ark Innovation ETF (ARKK) de Cathie Woods et George Soros. Néanmoins, en examinant de plus près, on aperçoit une lueur d'opportunité parmi les décombres : les entreprises de voitures électriques chinoises.

Dans un revirement radical par rapport au début de l'année 2021, période à laquelle les investisseurs mondiaux injectaient des fonds dans les actions nationales du pays, les actions chinoises sont désormais celles à éviter. Parier à l'encontre de titres chinois est depuis quelques semaines l'une des opérations les plus pratiquées par les gestionnaires, et ce mouvement de vente perdure.

Les mesures réglementaires draconiennes prises pour soutenir l'objectif de prospérité commune de la Chine ont exposé les gestionnaires de fonds mondiaux à des pertes de plusieurs billions de dollars suite au ciblage d'entreprises technologiques axées sur Internet, de sociétés d'enseignement privé et de cotations à l'étranger.

Alors que le gouvernement chinois resserre son étau, la pression réglementaire s'intensifie aux États-Unis. Le président de la Securities and Exchange Commission, Gary Gensler, a lancé un avertissement direct concernant l’investissement dans les entreprises chinoises, déclarant que les investisseurs sont en droit de disposer des informations qui les aideront à comprendre les risques politiques et réglementaires avant de s'engager.

Si certains préfèrent jeter la prudence aux orties, les investissements réalisés aujourd'hui dans les actions chinoises vont mettre à l'épreuve ses investisseurs, à moins qu'il ne s'agisse du seul segment encore relativement solide.

Les scandales et la couverture médiatique négative dont Tesla a fait l'objet ont vu les conducteurs se tourner vers les marques automobiles locales au sein du plus grand marché automobile du monde. Les ventes de véhicules électriques des sociétés chinoises Li Auto et Xpeng Inc ont plus que triplé au cours de l'année écoulée, et doublé chez Nio Inc, faisant plonger Tesla face à la montée en flèche de sa concurrence chinoise.

Tesla n'a vendu que 8 621 voitures en Chine au mois de juin, soit une chute de 69 % en glissement mensuel et de 26 % en glissement annuel. Il s'agit de la première baisse annuelle depuis que Tesla a ouvert sa Gigafactory à Shanghai en janvier 2020.

Tesla parvient à conserver ses parts de marché en renforçant l'exportation de voitures depuis son usine de Shanghai, mais l'entreprise devra déployer des efforts concertés pour regagner la confiance du marché chinois. Les plaintes des consommateurs en matière de qualité et les préoccupations des pouvoirs publics, qui estiment que les caméras embarquées menacent la sécurité nationale et la confidentialité des données, ne seront pas facilement balayées sous le tapis.

À mesure que Tesla s'incline, les constructeurs chinois de voitures électriques vont redoubler d'efforts pour contrôler le marché intérieur et, avec le soutien du gouvernement chinois, ces actions devraient échapper à l'agitation.