Research Market strategy
By Swissquote Analysts
Themes Trading

Situation de l’inflation : La demande des ménages américains pousse les prix fortement à la hausse

By Nadine PEREIRA
Published on

Related theme

Lorsque la première vague de COVID-19 a supprimé plus de 20 millions d’emplois aux États-Unis au printemps dernier, le pays est entré dans sa pire récession. Cela a également été la plus courte récession de l’histoire et, avec un plan de relance gouvernemental d’environ 6 billions de dollars, les Américains sont devenus pour un temps des rentiers confinés chez eux.

Les achats de biens de consommation ont augmenté de près de 26 % en août 2021 par rapport à janvier 2019, et l’offre disponible n’est nullement suffisante pour répondre au nouveau niveau de la demande. Les mesures de confinement en cours en Asie, les pénuries de main-d’œuvre et la quasi-inexistence de plans d’urgence pour remédier aux perturbations des chaines logistiques déclenchées par une pandémie mondiale n’ont pas permis aux fabricants d’expédier suffisamment de marchandises pour remplir les chariots des clients.

Le déséquilibre a déclenché une hausse des prix, d’abord à petit feu fin 2020 avant que cela ne devienne un véritable incendie à la mi-2021. L’indice des prix à la consommation américain a progressé de 1,7 % en février, et en mai, il avait bondi de 5 %. Suite à la plus forte hausse sur 12 mois depuis 1990, les prix à la consommation ont progressé de 6,2 % en octobre par rapport à la même période de l’année précédente.

L’inflation semble aussi contagieuse que le variant Omicron, affectant presque tous les secteurs de l’économie américaine, de l’énergie aux voitures d’occasion, en passant par l’alimentation et le prêt-à-porter. Voici la répartition par secteur :

Énergie
L’électricité et les services aux collectivités voient leur prix augmenter de 30 % cette année, l’essence au litre coûte 49,6 % de plus qu’il y a un an et le fioul s’est renchéri de 59,1 % sur un an, ce qui devrait affecter les coûts de chauffage pendant la saison hivernale.

Véhicules d’occasion
Le prix des voitures et camions d’occasion a bondi de 26,4 % sur l’année écoulée, une hausse probablement déclenchée par la pénurie mondiale de semi-conducteurs provoquée par la pandémie.

Épicerie
L’indice alimentaire global a progressé de 5,3 % au cours de l’année écoulée, la viande et les protéines ayant été particulièrement concernées. La catégorie des viandes, des poissons, des volailles et des œufs a augmenté de 11,9 %, le bœuf est en hausse de 20,1 % et le porc de 14,1 %.

Loyer
Le coût non négociable du maintien d’un toit au-dessus de la tête a augmenté de 3,5 % sur l’année.

Si l’inflation américaine présente une situation difficile, les autres pays ne sont pas épargnés. Les contre-coups de la pandémie se font ressentir à l’échelle mondiale.

L’inflation a bondi à 4,9 % en novembre dans la zone euro, qui compte 19 membres, soit le niveau le plus élevé depuis le début du suivi sur cette zone en 1997. La hausse de l’inflation à 3,4 % en France a atteint son niveau le plus élevé depuis dix ans et l’envolée des prix en Allemagne a porté le taux d’inflation à 6 %, soit son plus haut niveau depuis 1992.

La hausse de 27,4 % des prix de l’énergie en novembre par rapport à l’année précédente a été le principal moteur de l’inflation dans les 19 pays du bloc, et les prix de l’alimentation, des services et des biens ont tous augmenté à un rythme plus soutenu que l’objectif de 2 % fixé par la Banque centrale européenne.