Research Market strategy
By Swissquote Analysts
Themes Trading

La réouverture progressive propice à un changement des habitudes alimentaires

By Vincent MIVELAZ
Published on

Related theme

L'approche de l'été porte la promesse d'une augmentation de l'activité économique, les pays assouplissant les restrictions imposées aux loisirs et aux rassemblements. La saison estivale est plus que jamais attendue après les longs confinements et l'isolation sociale, aussi la réouverture des terrasses et des restaurants ne pouvait-elle mieux tomber.

Le succès des campagnes de vaccination change l'état d'esprit vis-à-vis du COVID-19, ainsi que la façon dont de nombreux pays mesurent la propagation du virus. Dans les économies développées, à quelques exceptions près, le suivi des tendances est à présent axé sur la proportion de personnes vaccinées, plutôt que sur le nombre de contaminations quotidiennes.

Le déroulement de la réouverture devrait être ralenti par les ajustements structurels requis pour équilibrer la demande d'une main-d'œuvre opérationnelle dans la restauration et une offre sous-jacente toujours élevée. Le resserrement des conditions de travail dans le secteur a conduit les employés qualifiés à chercher d'autres débouchés procurant stabilité professionnelle et revenus réguliers.

La réouverture du secteur de la restauration (F&B) suscite l'enthousiasme et différentes parties prenantes peuvent en retirer des avantages. Les consommateurs ont compris l'importance de soutenir les petites entreprises et ils seront désormais en mesure de le faire. La possibilité de commander directement sur le site d'un restaurant devrait réduire le recours aux intermédiaires de livraison en ligne. C'est un grand pas vers le retour à la normale tant attendu.

Autre changement radical dans les habitudes de consommation, les régimes végans et végétariens expérimentaux adoptés pendant les confinements sont devenus la norme. En conséquence, de nombreux restaurants adaptent leurs cartes, si ce n'est pour y ajouter des menus entièrement végétariens, tout au moins pour proposer des options végétales ou un concept "flexitarien".

Comme pour toute tendance de fond, des analystes et des sociétés de premier plan se sont intéressés de près au secteur et ont évalué la contribution du véganisme au marché. Au seul Royaume-Uni, un total de 70 marques y afférents ont été enregistrées en 2020, d'après le cabinet juridique britannique EMW. C'est le deuxième plus grand nombre d'appellations liées au véganisme depuis 2019, année où 92 marques ont été déposées. Cela témoigne clairement de l'acceptation des produits végans et laisse penser qu'il pourrait bien s'agir de la prochaine grande innovation du secteur F&B.

Une tendance similaire s'est fait jour aux États-Unis, où le taux de croissance du marché du végétal a plus que doublé pour atteindre 27 % au cours de l'année écoulée, avec une valorisation de $7 milliards. Environ 57 % des consommateurs américains privilégient aujourd'hui les aliments à base de plantes plutôt que les produits animaux.

Des groupes tels qu'Else Nutrition, Beyond Meat, et tous les grands acteurs de la restauration rapide accélèrent leurs programmes de recherche et développement. Ils constituent des équipes de scientifiques spécialisés dans la nutrition qui devraient fournir une toute nouvelle gamme de portefeuilles de propriété intellectuelle. Cette évolution s'accompagne d'un CAGR actuellement estimé à 24 % pour les sept années à venir dans le secteur, soit une multiplication par cinq de la taille du marché.

À cet égard, l'Israélien Else Nutrition (BABY), un jeune acteur sur le marché de la nutrition végétale, offre des opportunités attractives, non seulement en termes d'évolution technique des cours, mais aussi parce qu'il couvre un créneau spécialisé qui comprend des produits à base de plantes destinés à tous les âges, des tout-petits aux adultes. La société a fait état d'une croissance de 165 % de son chiffre d'affaires sur l'exercice 2020, une tendance appelée à s'accélérer au fur et à mesure de son intégration dans de nouveaux canaux de distribution touchant tant les magasins de détail que la livraison en ligne. Les partenariats récemment annoncés, notamment avec Sprouts Farmers Market, Big-Y, Amazon et iHerb, confirment la poursuite de la croissance.

Le modèle commercial en ligne de l'entreprise semble prometteur, au vu du doublement de la croissance du CA escompté tous les 3-4 mois durant la première phase de développement. Cette attente se justifie par la fidélité à la marque et les ventes répétées effectives pendant la période de disponibilité des produits en ligne.

Avec la sortie du confinement des consommateurs, qui garderont leurs habitudes alimentaires saines, et la réouverture des économies, qui prendront des mesures allant dans le sens de ces changements, le végétarisme paraît être un pari sûr pour les investissements à moyen terme.