Research Market strategy
By Swissquote Analysts
Published on 23.04.2021
Morning news

La présidente de la BCE juge un retrait de son programme d'urgence "prématuré"

Topic of the day

Confrontée à de nombreuses incertitudes sur l'évolution de la pandémie de Covid-19, la Banque centrale européenne (BCE) a opté jeudi pour le maintien d'une politique monétaire accommodante et sa présidente, Christine Lagarde, a jugé qu'un retrait du Programme d'achats d'urgence pandémique (PEPP) serait prématuré. L'enveloppe du Programme d'achats d'urgence pandémique (PEPP), lancé en mars 2020 pour protéger la zone euro contre les répercussions économiques de la crise sanitaire, a été maintenu jeudi à 1.850 milliards d'euros et se poursuivra au moins jusqu'en mars 2022, comme indiqué précédemment. Afin de répondre à la hausse des rendements obligataires depuis le début de l'année et d'éviter un resserrement des conditions de financement en zone euro, la BCE avait annoncé le mois dernier une accélération du rythme des achats d'actifs effectués dans le cadre du PEPP au deuxième trimestre. Dans un communiqué, la BCE a indiqué qu'elle laissait son principal taux de refinancement à 0% et son taux de rémunération des dépôts à -0,5%. La banque centrale a également confirmé ses indications prospectives ("forward guidance") sur les taux, indiquant qu'ils resteraient à leurs niveaux actuels ou plus bas jusqu'au retour de l'inflation à un niveau "proche de mais inférieur à 2%". Le programme d'assouplissement quantitatif (QE) de la BCE se poursuivra par ailleurs au rythme de 20 milliards d'euros par mois aussi longtemps que nécessaire pour renforcer l'effet accommodant de la politique de taux et prendra fin peu avant le premier relèvement des taux d'intérêt, a indiqué la BCE.

Pour plus d'analyses et d'informations sur le marché, abonnez-vous à la Themes Trading newsletter. Le Thème trading "Multi Crypto Mini" est dorénavant en ligne: https://www.swissquote.ch/investment-themes-webapp/IThemeDetail.action?…

Swiss stocks

Après avoir évolué latéralement dans des limites étroites, le marché des actions suisses a clôturé de manière bien maintenue jeudi. Alors que le marché global a manqué d'élan, Nestlé (+2,9%) et Credit Suisse (-2,1%) ont été clairement sous les feux de la rampe avec leurs rapports trimestriels. Le tout a été couronné par une mesure surprenante du capital de la grande banque. Le SMI a gagné 0,1 % pour atteindre 11 225 points. Parmi les 20 actions du SMI, il y a eu 14 perdants et six gagnants. Le chiffre d'affaires a été de 83,49 millions d'actions (mercredi : 48,43). La tension était particulièrement élevée au Credit Suisse, après que la banque a récemment accumulé des milliards de pertes en raison de l'effondrement du fonds spéculatif Archegos. Après tout, à l'exception d'Archegos, les performances opérationnelles ont été solides dans tous les secteurs d'activité, selon le chef du CS, M. Gottstein. L'effondrement d'Archegos a néanmoins poussé la banque dans le rouge. Pour renforcer sa base de capital, le Credit Suisse lève maintenant de l'argent frais par le biais d'un emprunt convertible obligatoire qui dilue les bénéfices. Cela a encore perturbé le marché, le cours de l'action ayant chuté de plus de 5 % à certains moments de la journée, avant de se redresser quelque peu. Cependant, elle était déjà tombée en grande partie les jours précédents. Le cours de l'action du concurrent CS, UBS, a baissé de 0,6 %. Pendant ce temps, le géant de l'alimentation Nestlé a réalisé un chiffre d'affaires supérieur aux attentes des analystes sur une base organique au premier trimestre. Le marché boursier a déclaré : "Le plus de 7,7 pour cent est étonnant".

International markets

Europe

Les indices actions européens ont clôturé dans le vert jeudi, rassurés par le statu quo de la Banque centrale européenne (BCE) sur sa politique monétaire, tandis que les investisseurs digéraient une série de résultats trimestriels. L'indice Stoxx Europe 600 s'est apprécié de 0,7% à 439,6 points. A Paris, le CAC 40 et le SBF 120 ont gagné 0,9% chacun. A Francfort, le DAX 30 s'est adjugé 0,8%, et à Londres, le FTSE 100 a pris 0,6%. Les valeurs liées aux énergies renouvelables ont bénéficié de l'annonce de nouveaux engagements climatiques par le président américain Joe Biden. Le fabricant d'éoliennes Siemens-Gamesa a gagné 6,7% à Madrid, alors que Vestas et Orsted ont pris 10,2% et 6,1% à Copenhague. En France, McPhy Energy et Neoen se sont appréciés de 7% et 5,1%, respectivement. Pernod Ricard (+1,5%) vise une croissance interne de son résultat opérationnel courant d'environ 10% pour l'ensemble de son exercice décalé qui s'achèvera fin juin, après avoir vu ses ventes rebondir au troisième trimestre. Hermès (+2,1%) a réitéré ses perspectives pour le moyen terme après une hausse de ses revenus au premier trimestre, alimentée notamment par le dynamisme de ses ventes en Chine. Renault (-1,3%) a renoué avec la croissance organique au premier trimestre, mais son chiffre d'affaires est ressorti inférieur aux attentes des analystes sur la période.

United States

La Bourse de New York a terminé en fort repli jeudi, lestée en fin de séance par la crainte d'un net alourdissement de la fiscalité des ménages les plus aisés par l'administration Biden. En clôture, l'indice Dow Jones (DJIA) a cédé 0,9%, à 33.815 points, et l'indice élargi S&P 500 a perdu également 0,9%, à 4.134,98 points. Le Nasdaq Composite a pour sa part abandonné 0,9%, à 13.818,41 points. L'opérateur de télécommunications AT&T (+4,2%) a annoncé jeudi un bénéfice par action et un chiffre d'affaires supérieurs aux prévisions des analystes pour le premier trimestre. Le groupe de sciences des matériaux Dow (-6%) a annoncé jeudi un bénéfice et un chiffre d'affaires trimestriels supérieurs aux attentes, ses résultats ayant été soutenus par la hausse des prix dans tous ses segments d'activité. American Airlines (-4,5) et SouthWest Airlines (+0,6%) ont publié des résultats meilleurs que prévu au premier trimestre. Les deux groupes ont également indiqué qu'ils entrevoyaient des signes de reprise de la demande au deuxième trimestre. Pfizer (-2,4%) a annoncé qu'il maintiendrait son dividende de 39 cents par action au deuxième trimestre, en anticipation d'une "robuste performance financière". Le laboratoire pharmaceutique avait initialement prévu de réduire son dividende après la distribution du capital de la filiale Upjohn à ses actionnaires et sa fusion avec Mylan. Intel a terminé en repli de 1,8% avant la publication de ses résultats trimestriels après la clôture.

Asia

Sur les marchés boursiers asiatiques, une tendance majoritairement négative prévaut ce vendredi. Tokyo reste le marché boursier avec les plus fortes variations dans les deux sens, si l'on regarde les derniers jours. À la fin de la semaine, le Nikkei-225 chute de 0,8 % - plombé par la hausse du yen. Les marchés boursiers chinois se révèlent étonnamment robustes. Shanghai résiste bien et Hong Kong est encore plus ferme. Le Kospi en Corée du Sud se porte également bien et passe tout juste en territoire positif.

Bonds

Les rendements des Trésors américains ont peu varié après que les rapports sur l'impôt sur les gains en capital aient soulevé les obligations aux États-Unis jeudi, tirant les rendements à la baisse. Le rendement de l'obligation de référence du Trésor à 10 ans a atteint 1,587 % au cours de la séance de jeudi avant de s'établir à 1,554 %.

Analysis

Dt. augmente l'objectif d'ASML à 560 EUR (500) - Hold
Berenberg abaisse l'objectif de Zur Rose à 400 CHF - Buy
Citi relève l'objectif de Safran à 127 EUR (123) - Neutral

Produit par MBI Martin Brückner Infosource GmbH & Co. KG au nom de Swissquote. Toutes nos informations sont élaborées avec le soin qui s’applique au travail journalistique. Aucune responsabilité n'est assumée en cas de retards ou erreurs.