DISCLAIMER

Our systems have detected that you are using a computer with an IP address located in the USA.
If you are currently not located in the USA, please click “Continue” in order to access our Website.

Local restrictions - provision of cross-border services

Swissquote Bank Ltd (“Swissquote”) is a bank licensed in Switzerland under the supervision of the Swiss Financial Market Supervisory Authority (FINMA). Swissquote is not authorized as a bank or broker by any US authority (such as the CFTC or SEC) neither is it authorized to disseminate offering and solicitation materials for offshore sales of securities and investment services, to make financial promotion or conduct investment or banking activity in the USA whatsoever.

This website may however contain information about services and products that may be considered by US authorities as an invitation or inducement to engage in investment activity having an effect in the USA.

By clicking “Continue”, you confirm that you have read and understood this legal information and that you access the website on your own initiative and without any solicitation from Swissquote.

Research Market strategy
by Swissquote Analysts
Morning News

Fiat Chrysler annonce un résultat net et un chiffre d'affaires en hausse au T4

Sujet du jour

Le constructeur automobile italo-américain Fiat Chrysler Automobiles (FCA.MI) a annoncé jeudi un bond de son résultat net et une hausse de son chiffre d'affaires au titre du quatrième trimestre. Le résultat net s'est établi à 1,29 milliard d'euros, en hausse de 61% par rapport aux 804 millions d'euros publiés sur la même période un an plus tôt. Le chiffre d'affaires a progressé de 6% à 30,62 milliards d'euros, a indiqué le constructeur. Le résultat opérationnel ajusté a crû de 7%, à 2,02 milliards d'euros. La trésorerie industrielle nette s'établissait à 1,87 milliard d'euros au 31 décembre, a indiqué le groupe. Fiat a indiqué que ces résultats incluaient les contributions de l'équipementier Magneti Marelli, dont la vente a été annoncée en octobre. La transaction devrait être finalisée au deuxième trimestre de 2019, a-t-il indiqué. Pour 2019, Fiat anticipe un résultat opérationnel ajusté d'au moins 6,7 milliards d'euros et un flux de trésorerie issu des activités industrielles d'au moins 1,5 milliard d'euros. Les prévisions de flux de trésorerie sont plus faibles en raison d'une augmentation des dépenses d'investissement et du "paiement en numéraire d'amendes et d'autres coûts liés à l'accord sur les émissions diesel aux Etats-Unis", a indiqué Fiat Chrysler.

Pour plus d'analyses et de nouvelles des marchés, abonnez-vous à la "Themes Trading Newsletter".

Le certificat Theme Trading Digital Payments est à présent en ligne.
www.swissquote.ch/investment_themes/InvestmentThemes.action

Actions suisses

La bourse suisse a terminé en territoir négatif hier sous l’effet des nouvelles préoccupations de croissance en Europe. La Commission européenne a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour l’économie dans la zone euro, principalement en raison de prévisions nettement plus faibles de l'Allemagne et de l'Italie. Auparavant, l'industrie manufacturière allemande avait déjà livré une déception. En Suisse, Zurich Assurances a terminé en hausse de 0,6 pour cent dans le sillage des résultats supéreurs aux attentes. Swisscom, en revanche, a été sous pression après la publication des résultats annuels. Les participants aux marché ont été particulièrement troublés par les perspectives de l’entreprise. L’action Swisscom a chuté de 4 %. Par contre, Julius Baer a encore gagné du terrain et a terminé en hausse de 1,6 pour cent. Les deux autres bancaires UBS et Credit Suisse ont tous les deux perdu plus de 2%. Les cyclistes étaient également sous pression après les nouvelles provenant de la Commission européenne. Lafargeholcim a perdu 2,5 % et Swatch a clôturé en baisse de 3 %.

Marchés internationaux

Europe

Les Bourses européennes ont clôturé en net recul jeudi après la révision en baisse, par la Commission européenne, de sa prévision de croissance pour la zone euro. L'indice Stoxx Europe 600 a cédé 1,5% à 360,1 points. Le CAC 40 et le SBF 120 ont perdu 1,8% chacun. A Francfort, le DAX 30 a abandonné 2,5%, tandis qu'à Londres, le FTSE 100 s'est replié de 1,1%. Pour 2019, la Commission européenne anticipe désormais une progression de 1,3% du produit intérieur brut (PIB) de l'ensemble des 19 pays membres de la zone euro, contre une hausse attendue à 1,9% auparavant. Cet abaissement de prévision est intervenu au milieu d'une salve de statistiques déjà peu engageantes pour la santé de l'économie européenne. De manière inattendue, la production industrielle allemande a reculé au mois de décembre dernier. Ce même indicateur a connu sa plus forte baisse mensuelle depuis six ans en Espagne. En France, le déficit de la balance commerciale s'est creusé à 59,9 milliards d'euros en 2018, en raison d'une augmentation de 6,7 milliards d'euros du déficit énergétique, a annoncé la Direction générale des douanes et des droits indirects. Au Royaume-Uni, la Banque d'Angleterre (BOE) a maintenu son taux directeur à 0,75%, comme s'y attendait le marché. La banque centrale a indiqué qu'un resserrement progressif de sa politique monétaire était nécessaire compte tenu de ses prévisions d'inflation, mais a prévenu que différents facteurs pesaient sur l'économie britannique. La BOE a cité le ralentissement de la croissance mondiale, dû au durcissement des conditions financières et à l'impact des tensions commerciales sur la conjoncture, ainsi que les incertitudes liées au Brexit. Publicis a chuté de 14,6% après avoir vu ses revenus fléchir de 0,3% au quatrième trimestre, en données organiques. Deutsche Bank n'est d'ailleurs plus à l'achat sur la valeur. Publicis a entraîné dans sa chute WPP, qui a abandonné 8,4% à Londres. ALD a perdu 5,3%. Le groupe a prévenu, lors de la publication de ses résultats 2018, qu'il ne tiendrait pas plusieurs objectifs sur la période 2016-2019. Les équipementiers automobiles Valeo, Faurecia et Plastic Omnium ont abandonné respectivement 7,2%, 6,5% et 5,6%, souffrant de leur statut de valeurs cycliques, juge un analyste.

États-Unis

Wall Street a terminé dans le rouge jeudi, sous l'effet d'un regain d'inquiétudes au sujet de la croissance mondiale et du commerce. Les indices ont été pénalisés par le repli des places européennes après la révision en baisse des perspectives de croissance de la Banque d'Angleterre et de la Commission européenne. Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a déclaré jeudi qu'il n'avait pas prévu de rencontrer son homologue chinois, Xi Jinping, avant l'échéance du 1er mars, date butoir pour la conclusion d'un accord commercial avant l'entrée en vigueur d'une nouvelle hausse des droits de douane américains. Un responsable de la Maison-Blanche a de son côté indiqué au Wall Street Journal qu'il était "très peu probable" que les deux dirigeants se rencontrent.

Asie

En Asie, les marchés d'actions reculent vendredi, dans le sillage de Wall Street. Le mouvement de vente sur les valeurs technologiques américaines s'est répercuté sur les actions cotées à Séoul et Tokyo, et l'indice Nikkei a connu l'une des plus fortes baisses parmi les indices asiatiques. Les Bourses de Chine et Taiwan étaitent encore fermées vendredi pour les congés du nouvel an chinois.

Emprunts

Les obligations d'Etat américaines poursuivent leur progression vendredi en Asie. Le taux du titre de référence à dix ans a reculé à 2,652% jeudi, les inquiétudes à l'égard de la croissance en Europe ayant incité les investisseurs à favoriser les actifs jugés plus sûrs.

Analyses

CS abaisse l’objectif de BNP Paribas à 48 (50) EUR – Neutral
IR abaisse l’objectif de Vinci à 92 (97) EUR – Buy
CS augmente l’objectif de ING à 12 (11,50) EUR – Neutral

Produit par MBI Martin Brückner Infosource GmbH & Co. KG au nom de Swissquote. Toutes nos informations sont élaborées avec le soin qui s’applique au travail journalistique. Aucune responsabilité n'est assumée en cas de retards ou erreurs.

 
Live chat