DISCLAIMER

Our systems have detected that you are using a computer with an IP address located in the USA.
If you are currently not located in the USA, please click “Continue” in order to access our Website.

Local restrictions - provision of cross-border services

Swissquote Bank Ltd (“Swissquote”) is a bank licensed in Switzerland under the supervision of the Swiss Financial Market Supervisory Authority (FINMA). Swissquote is not authorized as a bank or broker by any US authority (such as the CFTC or SEC) neither is it authorized to disseminate offering and solicitation materials for offshore sales of securities and investment services, to make financial promotion or conduct investment or banking activity in the USA whatsoever.

This website may however contain information about services and products that may be considered by US authorities as an invitation or inducement to engage in investment activity having an effect in the USA.

By clicking “Continue”, you confirm that you have read and understood this legal information and that you access the website on your own initiative and without any solicitation from Swissquote.

Research Market strategy
by Swissquote Analysts
Live Analysis

Stagnation probable des IPO au deuxième semestre 2019

1

Malgré les espoirs d'une recrudescence des introductions en Bourse (IPO) au deuxième semestre, il convient de garder à l'esprit que les incertitudes dues à la résurgence des tensions commerciales sont appelées à rester élevées par suite de l'imposition de droits de douane supplémentaires sur les produits chinois à compter du 1er septembre 2019, une mesure susceptible de compromettre les négociations commerciales. Le deuxième trimestre 2019 s'est révélé extrêmement intéressant, en raison des cotations très attendues et médiatisées de plusieurs licornes, dont Uber, CrowdStrike Holdings, Beyond Meat Inc. et Nexi SpA. Celles-ci ont profité d'une amélioration des conditions de marché et du regain d'espoir d'une résolution des différends commerciaux qui permettrait aux économies de respirer. Ce scénario ne semble toutefois pas près de se concrétiser. De fait, le nombre d'entrées en Bourse n'a cessé de diminuer depuis les sommets atteints en 2018. Sur le seul semestre 2019, elles ont baissé de plus de 25 % par rapport à l'année précédente, ce qui confirme que les sociétés attendent le moment propice avant de se lancer. En témoignent Airbnb et Saudi Aramco, toutes deux dans la mire des investisseurs, mais dont les IPO impatiemment attendues ne devraient pas avoir lieu avant 2020 en raison de l'état du marché.

Airbnb, un pionnier majeur de l'économie partagée à l'instar de Lyft et Uber, souhaite renforcer sa position de leader et sa rentabilité en planifiant de nouvelles acquisitions avant de se tourner vers la Bourse, tandis que Saudi Aramco, compagnie pétrolière et gazière détenue par le gouvernement saoudien et réputée être la plus rentable du monde, a reporté ses projets en la matière à plusieurs reprises. Depuis le communiqué officiel dans lequel le prince héritier Mohammed bin Salman évoquait une introduction en Bourse en 2018, les conditions de marché se sont considérablement dégradées, affectées par la forte volatilité et des cours du pétrole nettement en deçà de ceux des dix dernières années. Pourtant, malgré une conjoncture peu favorable aux entreprises, la région européenne a enregistré une accélération sensible au deuxième trimestre 2019 par rapport au trimestre précédent, avec un volume des introductions en Bourse en augmentation de 100 %, mais inférieur de 44 % à celui du premier semestre 2018. Après les IPO des deux grandes entreprises de mobilité Uber et Lyft ou du réseau social Pinterest au premier semestre 2019, celle de la société de services de paiement Nexi SpA intervenue mi-avril a fait grand bruit. Elle a été la plus importante de l'année en Europe, avec un total de 2,01 milliards d'euros (2,3 milliards de dollars) levés et une hausse de 9 % depuis sa première cotation.

Dans l'ensemble, le ralentissement des économies et la montée des incertitudes géopolitiques inciteront probablement les entreprises à aborder une introduction en Bourse avec plus de prudence dans les mois à venir. Le volume des IPO diminuera donc sans doute au deuxième semestre 2019, ne serait-ce qu'en raison de la persistance des frictions commerciales ou du retard du Brexit, et la plupart des nouveaux entrants devraient venir du secteur informatique.

 
Live chat