DISCLAIMER

Our systems have detected that you are using a computer with an IP address located in the USA.
If you are currently not located in the USA, please click “Continue” in order to access our Website.

Local restrictions - provision of cross-border services

Swissquote Bank Ltd (“Swissquote”) is a bank licensed in Switzerland under the supervision of the Swiss Financial Market Supervisory Authority (FINMA). Swissquote is not authorized as a bank or broker by any US authority (such as the CFTC or SEC) neither is it authorized to disseminate offering and solicitation materials for offshore sales of securities and investment services, to make financial promotion or conduct investment or banking activity in the USA whatsoever.

This website may however contain information about services and products that may be considered by US authorities as an invitation or inducement to engage in investment activity having an effect in the USA.

By clicking “Continue”, you confirm that you have read and understood this legal information and that you access the website on your own initiative and without any solicitation from Swissquote.

Research Market strategy
by Swissquote Analysts
Live Analysis

La demande devrait rester forte pour les fournisseurs de terres rares

1

Si l'on espère toujours une ratification de l'accord commercial de phase 1 et une levée partielle des droits de douane d'ici la fin du mois, le pessimisme quant aux réformes structurelles concrètes de l'environnement économique chinois s'accroît, tandis que la course électorale américaine prévue dans un an est moins propice à de nouvelles avancées. En ce sens, la hausse de l'indice MVIS Global Rare Earth Index observée en mai à la suite de la visite officielle de Xi Jinping dans une usine de traitement des terres rares de la ville de Ganzhou, ainsi que la légère progression constatée en septembre après l'annonce par le gouvernement chinois d'une baisse de 27% à 20% du taux d'imposition des sociétés spécialisées dans les terres rares à compter de septembre 2020, ne doivent rien au hasard. Il y a donc encore bien plus à attendre de la part de l'industrie des métaux rares. Le monopole de 70% dont jouit la Chine en matière de transformation et la réduction massive des exportations devraient contraindre les grandes puissances à chercher d'autres solutions, une aubaine pour les entreprises australiennes appelées à en bénéficier.

Le quota de production des terres rares a été remonté de 10% sur l'exercice 2019 pour atteindre un record historique de 132 000 tonnes, avec un bond de la production de 60 000 au premier semestre clos en mars 2019, à 72 000 au deuxième semestre. Il s'agissait du deuxième relèvement consécutif opéré par la Chine. Pourtant, la demande de terres rares paraît s'être maintenue au cours des exercices précédents. En effet, alors que la consommation intérieure chinoise ne cesse d'augmenter, comme en témoigne la hausse de 16% des ventes de véhicules électriques sur la période janvier-septembre 2019 par rapport à l'année dernière, les risques de dépassement des stocks semblent encore limités. De fait, le volume des exportations chinoises de terres rares a considérablement diminué au cours des quatre derniers mois, pour marquer une baisse de 30% par rapport à juillet sur fond de tensions commerciales avec les États-Unis, dont les importations en provenance de Chine représentent 80% du total des besoins du pays en terres rares. Compte tenu des perturbations de la chaîne d'approvisionnement, l'effort américain visant à renforcer un partenariat commercial avec l'Australie n'est pas anecdotique, puisque cette dernière est la deuxième productrice mondiale de métaux de base. Principal acteur du secteur en dehors de la Chine, l'Australien Lynas Corporation tient une place importante sur le marché. L'entreprise d'extraction et de traitement est en voie de former une joint-venture comprenant la construction d'une usine à Hondo, au Texas, d'ici 2023, avec la société américaine de produits chimiques spécialisés Blue Line Corp, afin de réduire la dépendance envers la Chine, un pari assurément fait par la "main invisible" et dont toutes deux sociétés devraient en tirer profit. Qu'un accord commercial intérimaire entre les États-Unis et la Chine intervienne ou non n'a pas nécessairement d'importance, car une diminution de l'offre ou une augmentation de la demande en raison de l'amélioration des conditions économiques soutiendraient l'industrie.

CH0434695042_4_USD
USD
Trade
Open
Close
High/Low /
Volume
Market
Ask
Bid
 
Live chat