DISCLAIMER

Our systems have detected that you are using a computer with an IP address located in the USA.
If you are currently not located in the USA, please click “Continue” in order to access our Website.

Local restrictions - provision of cross-border services

Swissquote Bank Ltd (“Swissquote”) is a bank licensed in Switzerland under the supervision of the Swiss Financial Market Supervisory Authority (FINMA). Swissquote is not authorized as a bank or broker by any US authority (such as the CFTC or SEC) neither is it authorized to disseminate offering and solicitation materials for offshore sales of securities and investment services, to make financial promotion or conduct investment or banking activity in the USA whatsoever.

This website may however contain information about services and products that may be considered by US authorities as an invitation or inducement to engage in investment activity having an effect in the USA.

By clicking “Continue”, you confirm that you have read and understood this legal information and that you access the website on your own initiative and without any solicitation from Swissquote.

Research Market strategy
by Swissquote Analysts
Daily Market Brief

Wall Street, le pétrole et l'or bouclent une semaine haussière

1

Wall Street, le pétrole et l'or bouclent une semaine haussière

Par Strategy Desk

Les indices américains ont signé de nouveaux records jeudi, dopé par les espoirs d'un plan de relance qui ont contrebalancé les inquiétudes soulevées par l'impact économique de la crise sanitaire.

Les républicains et les démocrates semblent avoir trouvé un terrain d'entente sur la prochaine série de mesures de soutien visant à réduire les effets de la pandémie qui a tué plus de 309 000 Américains. La hausse inattendue des inscriptions au chômage a souligné la nécessité d'un plan d'aide. Les demandes d'allocations chômage ont augmenté de 23 000 la semaine dernière pour atteindre 885 000, alors que les analystes s'attendaient à une baisse de 800 000. Le président Donald Trump a indiqué dans un tweet que les discussions sur la relance se présentaient très bien.

La confiance des investisseurs a en outre été stimulée par l'optimisme entourant l'approbation aux Etats-Unis du vaccin de Moderna, qui sera ainsi le deuxième à être homologué par les régulateurs américains.

Le S&P 500 a gagné 0.59%, le Dow Jones 0.49% et le Nasdaq 0.84%, ralliant de nouveaux sommets pour la troisième séance consécutive. Le S&P 500 a engrangé environ 15% jusqu'ici cette année, malgré le dévissage de mars.

L'immobilier, les matériaux et la santé ont été les plus performants des 11 grands secteurs du S&P jeudi.

Au chapitre des entreprises, Alphabet, la maison mère de Google, a cédé environ 1%, après que d'autres Etats américains ont engagé des poursuites pour pratiques anticoncurrentielles à son encontre, l'accusant d'étendre son monopole aux télévisions, aux enceintes intelligentes et aux voitures. C'est la troisième plainte antitrust lancée contre le géant de la tech depuis octobre. Par ailleurs, Google a obtenu le feu vert de l'UE à son offre de rachat de 2.1 milliards de dollars sur Fitbit, qui fabrique des appareils portables.

Accenture a grimpé de près 7% grâce au relèvement de sa prévision de chiffre d'affaires annuel.

Coca-Cola s'apprête à supprimer 2200 emplois dans le monde, dans le cadre de la restructuration de ses effectifs engagée en réponse à la pandémie. Plus de la moitié des suppressions de postes interviendra aux Etats-Unis.

Microsoft a reculé d'environ 0.7%, pénalisé par des informations selon lesquelles il a été piraté lors de la récente attaque du logiciel de gestion de SolarWinds. Les hackers ont infiltré les produits de Microsoft, mais on ignore combien d'utilisateurs ont été affectés.

En Asie, les marchés boursiers sont en baisse ce vendredi, malgré l'optimisme suscité par les mesures de relance aux États-Unis.

Au moment de la rédaction de ces lignes, l’indice chinois Shanghai Composite est en baisse de 0,27 % et la composante de Shenzhen a perdu 0,29 %. Les deux indices ont ouvert à la hausse.

Les États-Unis sont sur le point d'ajouter des dizaines de sociétés à leur liste noire des entreprises chinoises plus tard dans la journée, ont confié à Reuters des sources proches du dossier. Cette liste comprendra notamment le plus grand fabricant chinois de puces, SMIC. La décision de Trump intervient quelques semaines avant l'investiture de Joe Biden, le 20 janvier.

L’indice Hang Seng de Hong Kong recule de 0,77 %.

Le Nikkei 225 du Japon a clôturé en baisse de 0,16%. La Banque du Japon a maintenu ses taux d'intérêt inchangés à -0,10 %. La baisse des prix de base à la consommation au Japon a atteint le mois dernier son rythme le plus rapide depuis 10 ans, la pandémie ayant entraîné une détérioration de la demande. Les économistes s'inquiètent d'un retour à la déflation.

L’indice KOSPI de Corée du Sud a grimpé de 0,05 %. En Australie, l'indice ASX 200 a clôturé en baisse de 1,20 %.

Sur le marché des matières premières, les cours du pétrole reculent, les investisseurs craignant que l'augmentation du nombre de cas de COVID ne maintienne des mesures de restriction strictes dans de nombreuses régions du monde. Bien que les prix du brut se soient éloignés de leurs sommets des neuf derniers mois, ils devraient cependant finir la semaine en hausse pour la septième semaine consécutive. Le WTI est en baisse de 0,25 % et le Brent a perdu 0,16%. Jusqu'à présent, plus de 73,5 millions de personnes dans le monde ont été testées positives au COVID, et 1 654 920 d'entre elles sont mortes.

L'or recule également alors que les discussions sur le plan de relance se poursuivent au Congrès américain. Le métal précieux a chuté de 0,20 %, à 1 886 dollars, mais il devrait terminer la troisième semaine consécutive en hausse.

Sur le marché des changes, le dollar américain tente de se redresser, mais il semble qu’il s'agit d’un rebond temporaire avant que les baisses ne reprennent le contrôle. L'indice du dollar est en hausse de 0,10 % à 89,828. La paire EUR/USD est en baisse de 0,09 % à 1,2254.

La livre a baissé face aux deux principales devises, car l'optimisme suscité par les négociations du Brexit s'est estompé après que le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré qu'un divorce sans accord est plus probable à moins que l'UE n'assouplisse sa position sur la pêche.

 
Live chat