DISCLAIMER

Our systems have detected that you are using a computer with an IP address located in the USA.
If you are currently not located in the USA, please click “Continue” in order to access our Website.

Local restrictions - provision of cross-border services

Swissquote Bank Ltd (“Swissquote”) is a bank licensed in Switzerland under the supervision of the Swiss Financial Market Supervisory Authority (FINMA). Swissquote is not authorized as a bank or broker by any US authority (such as the CFTC or SEC) neither is it authorized to disseminate offering and solicitation materials for offshore sales of securities and investment services, to make financial promotion or conduct investment or banking activity in the USA whatsoever.

This website may however contain information about services and products that may be considered by US authorities as an invitation or inducement to engage in investment activity having an effect in the USA.

By clicking “Continue”, you confirm that you have read and understood this legal information and that you access the website on your own initiative and without any solicitation from Swissquote.

Research Market strategy
by Swissquote Analysts
Daily Market Brief

Plus forte chute journalière des actions américaines depuis des semaines

1

Plus forte chute journalière des actions américaines depuis des semaines

Par Strategy Desk

Plus forte chute journalière des actions américaines depuis des semaines
Lundi, Wall Street a affiché la plus mauvaise performance enregistrée jusqu’ici en octobre, le Dow Jones affichant sa plus forte baisse depuis le 3 septembre. Les investisseurs ont réagi à la forte augmentation du nombre de cas de COVID-19 aux États-Unis et à l'impasse des négociations sur les mesures de relance. En attendant, l'incertitude persiste une semaine avant le jour du scrutin, même si le candidat démocrate Joe Biden est en tête des sondages par rapport au président Donald Trump.

Le nombre de cas de coronavirus a atteint un niveau record aux États-Unis et en Europe, où l'Espagne et l'Italie ont introduit de nouvelles mesures restrictives. Selon Reuters, le nombre moyen d’infections quotidiennes sur sept jours aux États-Unis a atteint un niveau record de près de 70 000, tandis que le nombre de décès est en hausse. El Paso, au Texas, a demandé aux gens de rester chez eux pendant deux semaines.

Le S&P 500 a chuté de 1,86 %, le Nasdaq de 1,64 % et le Dow Jones de 2,29 %.

L'indice S&P 1500 des compagnies aériennes a chuté de 5 %, et les compagnies de croisière Royal Caribbean et Carnival ont chuté d'environ 10 % chacune. Le secteur de l'énergie, ainsi que les secteurs de l'industrie et de la finance, ont enregistré leurs plus fortes baisses de plusieurs semaines.

Quant aux discussions sur le plan de relance, elles sont toujours dans l’impasse. Le secrétaire au Trésor américain Steve Mnuchin a expliqué que plusieurs aspects clés du plan proposé par la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi ne sauraient avoir l’approbation de M. Trump. Pelosi serait dans l’attente d'une contre-offre de Mnuchin, et les deux parties sont toujours en discussion. Pourtant, il semble qu'un consensus ne puisse être trouvé avant les élections.

L'action AstraZeneca ont progressé de plus de 1 % après que la société a annoncé que son candidat vaccin COVID avait déclenché une réponse immunitaire chez les participants à l'essai. Cependant, les marchés ont fait fi de cette nouvelle pour l'instant.

Hasbro a perdu jusqu'à 10 % de son chiffre d'affaires ajusté au troisième trimestre, en raison des retards causés par le coronavirus dans la production de films et d'émissions de télévision.

En Asie, les marchés boursiers suivent la tendance baissière déclenchée par Wall Street dans un contexte de montée des tensions entre la Chine et les États-Unis. Néanmoins, certains marchés s'éloignent des creux de la séance de mardi.

A l'heure où nous écrivons ces lignes, le Shanghai Composite grappille 0.04% et le Shenzhen Component prend 0.49%. Les deux indices ont ouvert en repli, victimes de la montée des tensions entre les deux premières économies mondiales après que Pékin a imposé des sanctions à des entreprises américaines, dont Lockheed Martin, Boeing Defense et Raytheon. Cette décision vise à "défendre les intérêts nationaux", selon le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. De son côté, Washington envisage de vendre pour 2,4 milliards de dollars de missiles anti-navires à Taïwan. Les Bourses se sont reprises à la faveur de statistiques montrant que les bénéfices des firmes industrielles chinoises avaient progressé pour le cinquième mois consécutif en septembre.

Le Hang Seng de Hong Kong cède 0.71%.

Les investisseurs attendent l'introduction en Bourse avec double cotation d'Ant Group, qui devrait permettre au géant de la fintech de lever la somme record de 35 milliards de dollars. Les actions seront cotées sur le STAR Market de Shanghai, semblable au Nasdaq, et à la Bourse de Hong Kong, où les carnets d'ordres sont déjà sursouscrits. Valorisé à plus de 300 milliards de dollars Ant fait partie du groupe Alibaba de Jack Ma, selon lequel il est miraculeux qu'une IPO de cette ampleur ait lieu en dehors de New York.

Le Nikkei 225 japonais a clôturé en recul de 0.06% et l'ASX 200 australien a glissé de 1.70%.

Le KOSPI sud-coréen fléchit de 0.65%.

Les places européennes seront mitigées mardi.

Sur le marché des matières premières, le pétrole a surpris en se remettant de ses récentes pertes, malgré les records journaliers de cas de COVID enregistrés aux Etats-Unis, en Russie et dans de nombreux pays européens. La morosité domine sur fond de lenteur des négociations sur le plan de relance. Le WTI et le Brent ont pourtant progressé de plus de 0.80% après avoir abandonné 5% depuis vendredi.

L'or monte, porté par les incertitudes entourant l'élection américaine. Il profite de son statut de valeur refuge face à un dollar en reflux. Les futures sur le métal jaune ont progressé de 0.33% à $1,912.

Sur le marché des changes, le billet vert perd du terrain. Les bonnes données conjoncturelles en provenance de Chine et de Corée du Sud pointent vers une reprise économique, ce qui soutient les monnaies locales. Les investisseurs ne sont en revanche pas convaincus d'un rapide redressement de l'économie américaine, surtout dans un contexte de deuxième vague de pandémie et d'une élection difficile. L'indice dollar a lâché 0.16% à 92.892 et l'EUR/USD prend 0.21% à 1.1833.

 
Live chat