DISCLAIMER

Our systems have detected that you are using a computer with an IP address located in the USA.
If you are currently not located in the USA, please click “Continue” in order to access our Website.

Local restrictions - provision of cross-border services

Swissquote Bank Ltd (“Swissquote”) is a bank licensed in Switzerland under the supervision of the Swiss Financial Market Supervisory Authority (FINMA). Swissquote is not authorized as a bank or broker by any US authority (such as the CFTC or SEC) neither is it authorized to disseminate offering and solicitation materials for offshore sales of securities and investment services, to make financial promotion or conduct investment or banking activity in the USA whatsoever.

This website may however contain information about services and products that may be considered by US authorities as an invitation or inducement to engage in investment activity having an effect in the USA.

By clicking “Continue”, you confirm that you have read and understood this legal information and that you access the website on your own initiative and without any solicitation from Swissquote.

Research Market strategy
by Swissquote Analysts
Daily Market Brief

Wall Street rebondit, l'USD retombe de son plus haut de deux mois

1

Wall Street rebondit, l'USD retombe de son plus haut de deux mois

Par Strategy Desk

Wall Street a clôturé dans le vert jeudi au terme d'une séance agitée. Face à la publication d'indicateurs contrastés, les investisseurs ont salué l'augmentation des ventes de logements neufs, qui a compensé la déception causée par l'accroissement inattendu des inscriptions au chômage.

Les haussiers ont également profité de l'annonce selon laquelle les démocrates de la Chambre des représentants planchaient sur un plan de relance de 2200 milliards de dollars. Le projetde loi devrait être voté la semaine prochaine.

Les indices boursiers ont toutefois besoin d'un gros coup de pouce vendredi pour terminer la semaine en hausse, ce qui paraît improbable. Jeudi, le S&P 500, le Dow Jones et le Nasdaq ont respectivement avancé de 0.30%, 0.20% et 0.37%.

Les géants de la tech, dont Amazon, Apple, Facebook et Nvidia, ont tous progressé.

La séance a démarré dans le rouge, après l'annonce par le département du Travail d'une augmentation de 870 000 inscriptions au chômage sur la semaine close le 19 septembre, contre 866 000 la semaine précédente, alors que les analystes tablaient sur un recul à 840000. Cette hausse inattendue laisse penser que la reprise économique marque le pas.

Les indices ont rebondi plus tard dans la journée, quand le département du Commerce a fait état d'un accroissement des ventes de logements neufs de 4.8% le mois dernier, un plus haut de 14 ans.

Les trois indices de référence restent globalement proches du territoire de correction. Le S&P 500 a clôturé à 9.6% en deçà de son récent sommet historique. Le Nasdaq est tombé sous le seuil des 10% qui définit une correction. Après avoir vécu son meilleur mois d'août en trente ans, Wall Street a subi l'un des pires mois de l'année, plombée par l'incapacité du Congrès à approuver un nouveau plan de soutien, tandis que les craintes d'une deuxième vague de pandémie et les incertitudes politiques entourant l'élection présidentielle américaine intensifient les pressions.

L'Asie évolue en ordre dispersé ce vendredi, mais les haussiers dominent et s'emploient à regagner le terrain perdu hier.

A l'heure où nous écrivons ces lignes, le Shanghai Composite cède 0.43% après des gains initiaux, tandis que le Shenzhen Component prend 0.11%.

Le Hang Seng de Hong Kong lâche 0.40% après avoir ouvert en hausse. Le Nikkei 225 japonaiset le Kospi sud-coréen progressent de 0.52% et 0.53% respectivement.

En Australie, l'ASX 200 s'est adjugé 1.30%. L'Etat de Victoria s'apprête à assouplir le confinement, le nombre de cas de coronavirus continuant de décroître. Il n'a enregistré de 14 nouveaux cas vendredi.

La plupart des places européennes devraient ouvrir dans le vert, bien que la progression du Covid se poursuive dans des pays comme la France et le Royaume-Uni, qui ont tous deux fait état de chiffres records.

Sur le marché des matières premières, le pétrole a recouvré une partie de ses pertes récentes, mais il devrait clôturer la semaine en recul en raison des craintes d'un affaiblissement de la demande sous l'effet de la recrudescence des contaminations par la Covid. Jusqu'ici, le WTI et le Brent ont chacun gagné environ 0.10% pour se traiter au-dessus des $40 et $42 respectivement. Les deux références se dirigent vers une baisse mensuelle, ce qui sera le premier recul du Brent en six mois. Le redressement actuel n'est pas appelé à durer, car la Libye reprend ses exportations, tandis que la reprise économique américaine s'essouffle.

L'or se replie dans les premiers échanges de vendredi. Il est en passe de terminer la semaine en recul, les investisseurs se tournant vers les actions. Il a glissé de 0.23% à $1,872 l'once.

Sur le marché des changes, le billet vert s'est écarté de ses plus hauts de deux mois sur fond d'espoirs d'un nouveau plan de soutien aux Etats-Unis. L'indice dollar s'est effrité de0.03% à 94.370. Malgré tout, l'EUR/USD a laissé 0.03% à 1.1669, la monnaie unique restant lestée par l'accélération des infections à la Covid sur le vieux continent.

La livre sterling a évolué de pair avec le billet vert et l'euro, le ministre britannique des Finances Rishi Sunak ayant annoncé un nouveau plan de protection de l'emploi après l'expiration du programme en cours en octobre. La progression du GBP reste toutefois plafonnée par l'augmentation des cas de coronavirus.

Les obligations souveraines chinoises seront réintégrées dans leWorld Government Bond Index duFTSE Russell, après en avoir été exclues il y a un an. L'annonce a soutenu le yuan chinois, qui a été la devise asiatique la plus performante ce trimestre.

 
Live chat