DISCLAIMER

Our systems have detected that you are using a computer with an IP address located in the USA.
If you are currently not located in the USA, please click “Continue” in order to access our Website.

Local restrictions - provision of cross-border services

Swissquote Bank Ltd (“Swissquote”) is a bank licensed in Switzerland under the supervision of the Swiss Financial Market Supervisory Authority (FINMA). Swissquote is not authorized as a bank or broker by any US authority (such as the CFTC or SEC) neither is it authorized to disseminate offering and solicitation materials for offshore sales of securities and investment services, to make financial promotion or conduct investment or banking activity in the USA whatsoever.

This website may however contain information about services and products that may be considered by US authorities as an invitation or inducement to engage in investment activity having an effect in the USA.

By clicking “Continue”, you confirm that you have read and understood this legal information and that you access the website on your own initiative and without any solicitation from Swissquote.

Research Market strategy
by Swissquote Analysts
Daily Market Brief

Wall Street fait volte-face au lendemain de son rebond, seul le dollar sort la tête de l'eau jusqu'ici

1

Wall Street fait volte-face au lendemain de son rebond, seul le dollar sort la tête de l'eau jusqu'ici

Par Strategy Desk

Impuissante à prolonger son rebond surprenant de mardi, Wall Street est retombée à ses plus bas de fin juillet. Les technologiques ont été les valeurs les plus sanctionnées après avoir emmené la hausse survenue hier.

Les indices évoluent près du territoire de correction, les indicateurs témoignant d'un ralentissement de l'activité des entreprises américaines, alors que le Congrès n'est toujours pas parvenu à un consensus sur un nouveau plan de relance. Le rythme de la reprise économique ne peut donc atteindre les niveaux projetés, ce qui est encore plus démoralisant à l'approche de la deuxième vague de pandémie.

Le S&P 500 a chuté de 2.37%. Ses 11 principaux secteurs ont clôturé en repli. Le Dow Jones a lâché 1.92% et le Nasdaq a abandonné 3.02% pour essuyerson troisième plus fort recul de septembre. L'énergie a été le compartiment le plus pénalisé, sur fond de baisse des cours du pétrole.

D'après les données d'IHS Markit, le PMI composite préliminaire américain, qui fusionne les chiffres du secteur manufacturier et des services, a ralenti à 54.5 en septembre, contre 54.6 en août, la progression de l'activité manufacturière ayant été contrebalancée par un essoufflement dans le secteur plus large des services.

Aggravant le pessimisme dans le secteur technologique, le département américain de la Justice a dévoilé un projet de loi visant à réformer le régime d'immunité des réseaux sociaux, dans le cadre de la tentative de Donald Trump de sévir contre les géants de la tech.

De son côté, Trump a déclaré hier qu'il ne transmettrait pas pacifiquement le pouvoir à JoeBidens'il perdait l'élection présidentielle de 2020, ajoutant que la bataille irait jusqu'à un recours devant la Cour suprême. Cette dernière doit remplacer Ruth Bader Ginsburg, décédée la semaine dernière. La nomination du neuvième juge s'annonce difficile au Sénat et interfère avec la loi sur un plan de soutien, qui est reportée à plus tard.

Les places asiatiques évoluent dans le rouge dans le sillage de Wall Street ce jeudi matin. Outre les craintes d'un ralentissement de la reprise américaine, l'humeur des investisseurs est plombée par l'accroissement des cas de Covid en Europe et dans d'autres régions du monde. De nombreux pays du vieux continent réimposent des mesures de confinement, ce qui affectera les tentatives de redressement économique.

A l'heure où nous écrivons ces lignes, les Shanghai et Shenzhen Compositescèdent 1.21% et 1.99% respectivement.

L’indice Nikkei 225 au Japon a chuté de 1,01 %, l’indice KOSPI en Corée du Sud a baissé de 2,17 %, et l'indice ASX 200 en l'Australie a reculé de 0,77 %, bien qu'il s’éloigne des creux quotidiens. L’indice Hang Seng de Hong Kong a chuté de 1,79 %.

Les actions européennes devraient s'apprêter à subir un sort similaire jeudi, car les contrats à terme laissent entrevoir une évolution à la baisse.

Sur le marché des matières premières, les cours du pétrole sont en baisse jeudi, suite à la publication des données flash sur l'activité économique américaine qui suggèrent un ralentissement de la reprise. Les investisseurs craignent que la saison hivernale ne soit accompagnée d'une nouvelle vague de la pandémie, ce qui nuirait à la demande de pétrole. Les cours du brut subissent une pression accrue par rapport à un dollar américain plus fort, ce qui rend l’or noir moins attrayant pour les acheteurs mondiaux. Le WTI a reculé de 0,80% pour se retrouver sous la barre des 40 dollars, et le Brent a chuté de 0,62 %, à 41,50 dollars. Les deux marques ont gagné du terrain hier après que l'Energy Information Administration aux États-Unis a annoncé que les stocks de brut et de carburant avaient chuté la semaine dernière.

L'or ne peut pas tirer parti de son statut de valeur refuge en ce moment, car le Congrès américain ne parvient pas à se mettre d'accord sur les nouvelles mesures de relance. Le métal a chuté de 0,66 % à 1 855 dollars, ce qui est son plus bas niveau en plus de deux mois.

En attendant, le dollar américain est le gagnant aujourd'hui, car les investisseurs veulent se protéger contre le risque sur les marchés européens et asiatiques étant donné le nombre rapidement croissant des cas de coronavirus. Le dollar est également soutenu par un marché américain du logement robuste. Mercredi, les données ont montré que l'indice des prix des logements de la FederalHousing Finance Authority (FHFA) a augmenté en juillet de 1,0 % en données corrigées des variations saisonnières après une hausse identique le mois précédent. Les prix de l'immobilier ont augmenté de 6,5 % en glissement annuel en juillet, soit la plus forte hausse depuis juin 2018. Ainsi, l'indice du dollar américain est en hausse de 0,07 % à 94,500, et la paire EUR/USD est en baisse de 0,01 % à 1,1658. L'euro est sous pression, car on craint que de nouveaux confinements dans l'UE ne nuisent à la reprise.

La livre est en baisse par rapport au dollar et à l'euro, car le Premier ministre britannique Boris Johnson a introduit de nouvelles mesures de restriction hier et en raison de la persistance du pessimisme post-Brexit, car il est peu probable que la Grande-Bretagne parvienne à un consensus sur un accord commercial avec l'UE.

 
Live chat