DISCLAIMER

Our systems have detected that you are using a computer with an IP address located in the USA.
If you are currently not located in the USA, please click “Continue” in order to access our Website.

Local restrictions - provision of cross-border services

Swissquote Bank Ltd (“Swissquote”) is a bank licensed in Switzerland under the supervision of the Swiss Financial Market Supervisory Authority (FINMA). Swissquote is not authorized as a bank or broker by any US authority (such as the CFTC or SEC) neither is it authorized to disseminate offering and solicitation materials for offshore sales of securities and investment services, to make financial promotion or conduct investment or banking activity in the USA whatsoever.

This website may however contain information about services and products that may be considered by US authorities as an invitation or inducement to engage in investment activity having an effect in the USA.

By clicking “Continue”, you confirm that you have read and understood this legal information and that you access the website on your own initiative and without any solicitation from Swissquote.

Research Market strategy
by Swissquote Analysts
Daily Market Brief

Wall Street en rebond, les matières premières en repli

1

Wall Street en rebond, les matières premières en repli

Par Strategy Desk

Wall Street a rebondi mardi, après quatre séances de baisse consécutives. Les haussiers ont poussé les actions à la hausse, malgré le retard pris dans l'adoption d'un nouveau plan de relance par le Congrès et l'accélération du nombre de cas de Covid.

Le rebond a été alimenté par les valeurs technologiques. Amazon s'est ainsi adjugé plus de 5.5%, après la révision à "surperformer" du titre par Bernstein qui a fait état d'abonnés premium et de marchands plus actifs. Apple, la maison mère de Google, et Microsoft ont gagné pas moins de 1.5%.

Le Nasdaq a donc été l'indice le plus performant mardi, avec un gain de 1.71%. Le S&P 500 et le Dow ont progressé de 1.05% et 0.52%, respectivement. Sept des onze secteurs du S&P 500 ont terminé dans le vert, les valeurs informatiques et de consommation discrétionnaire affichant les meilleurs rendements.

Oracle n'a pas bénéficié du courant haussier. Le titre a glissé de 0.3%, après qu'un journal chinois a rapporté que le gouvernement local n'approuverait pas l'accord proposé par le géant de l'informatique en vue d'acquérir une participation dans ByteBance, la maison mère de TikTok, dans le but de gérer les opérations américaines avec Walmart.

Tesla a chuté de 5.6%, plombé par les propos de son PDG ElonMusk, selon lequel lesinnovations présentées lors du “Battery Day” ne seraient pas disponibles avant plusieurs années.

Nike a été dopé par ses résultatsdu premier trimestre, qui ont dépassé les prévisions les plus optimistes. En hausse de 3.1% à la clôture, le titre a pris plus de 8% dans les échanges après-Bourse.

Les places asiatiques évoluent en ordre dispersé ce mercredi. Elles adoptent peu à peu le ton haussier de Wall Street.

A l'heure de la rédaction du présent bulletin, les Shanghai et Shenzhen Compositesprenaient 0.32% et 0.45% respectivement. Les tensions sino-américaines sont revenues sur le devant de la scène, après que le président Donald Trump a mis violemment la responsabilité de la Chine en cause dans la pandémie mondiale de coronavirus devant l'Assemblée générale de l'ONU. Pékin a riposté accusantTrumpde mentir et d'exploiter la plateforme des Nations Unies. Le président chinois Xi Jinpinga cependant assuré qu'il n'avait nulle intention d'entrer dans une guerre froide avec un pays, quel qu'il soit.

Le Nikkei 225 japonais cédait 0.08% lors de sa première séance de la semaine, mais il s'est éloigné de ses plus bas journaliers et pourrait terminer en hausse. Le KOSPIsud-coréen a avancé de 0.17% après un repli initial.

L’indice Hang Seng de Hong Kong est en baisse de 0,17 %.

En Australie, l'indice ASX 200 a affiché un bond de 2,42 %.Les restrictions frontalières entre le Queensland et la Nouvelle-Galles du Sud s'assouplissent, car le pays a réussi à contenir la deuxième vague du coronavirus.

Sur le marché des matières premières, tous les cours clignotent en rouge.Les cours du pétrole sont en baisse, car l'American Petroleum Institute (API) a indiqué que les stocks d'essence aux États-Unis ont diminué d'environ 7,7 millions de barils, ce qui est huit fois moins que le chiffre prévu.Cette baisse suggère que la demande américaine de pétrole ne se redresse pas.Le WTI et le Brent sont tous deux en baisse de plus de 1 %.En outre, la multiplication des cas au Royaume-Uni, en Espagne et en France renforce les craintes que la demande de pétrole soit encore plus affectée par la pandémie.L'Energy Information Administration des États-Unis publiera des données sur les stocks de pétrole plus tard dans la journée.

L'or accentue sa tendance baissière mercredi, chutant à son plus bas niveau depuis la fin du mois de juillet.Le métal est maintenant en baisse de 1,49 %, à 1 879 dollars l'once.

L'or perd du terrain alors que le dollar américain poursuit son ascension.La monnaie américaine est soutenue par d’excellentes données sur le marché américain du logement et par la faiblesse de l'euro dans un contexte d'augmentation rapide des infections au coronavirus en Europe.Les ventes de logements anciens aux États-Unis ont augmenté à plus de 6 millions en août, le chiffre le plus élevé depuis 14 ans.

Ainsi, l'indice du dollar américain est en hausse de 0,22 % à 94,225, son plus haut depuis fin juillet.La paire EUR/USD est en baisse de 0,18 % à 1,1684.La Grèce et le Danemark introduisent de nouvelles mesures de distanciation sociale, et de nombreux pays européens pourraient leur emboîter le pas, dont l'Espagne et la France.

La livre sterling a baissé face au dollar américain et à l'euro, le Premier ministre britannique Boris Johnson ayant été contraint d'imposer de nouvelles mesures restrictives pour freiner la propagation rapide du coronavirus.La paire GBP/USD est sur le point de tester les moyennes mobiles à 100 et 200 jours. Pendant ce temps, le pessimisme persiste autour des négociations sur le Brexit.

 
Live chat