DISCLAIMER

Our systems have detected that you are using a computer with an IP address located in the USA.
If you are currently not located in the USA, please click “Continue” in order to access our Website.

Local restrictions - provision of cross-border services

Swissquote Bank Ltd (“Swissquote”) is a bank licensed in Switzerland under the supervision of the Swiss Financial Market Supervisory Authority (FINMA). Swissquote is not authorized as a bank or broker by any US authority (such as the CFTC or SEC) neither is it authorized to disseminate offering and solicitation materials for offshore sales of securities and investment services, to make financial promotion or conduct investment or banking activity in the USA whatsoever.

This website may however contain information about services and products that may be considered by US authorities as an invitation or inducement to engage in investment activity having an effect in the USA.

By clicking “Continue”, you confirm that you have read and understood this legal information and that you access the website on your own initiative and without any solicitation from Swissquote.

Research Market strategy
by Swissquote Analysts
Daily Market Brief

La chute des valeurs technologiques se poursuit ; le Nasdaq en baisse de 10 % depuis le récent ATH

1

La chute des valeurs technologiques se poursuit ; le Nasdaq en baisse de 10 % depuis le récent ATH

Par Strategy Desk

Les contrats à terme sur les actions américaines ont montré quelques signes de reprise lundi, mais à l'ouverture des marchés mardi, les indices de référence ont encore plongé en territoire de correction. Le Nasdaq a affiché la pire performance, les valeurs technologiques ayant tiré l'indice à la baisse. Il a chuté de 4,11 % pendant la séance et de près de 10 % par rapport à son récent record. Les investisseurs se sont débarrassés des titres technologiques après une impressionnante hausse qui a fait grimper l'indice à forte composante technologique de 70 % par rapport au creux de mars.

Le S&P 500 a baissé de 2,25 %, et le Dow Jones de 2,78 %. Les onze secteurs composant l'indice S&P étaient tous dans le rouge, tirés à la baisse par les actions des secteurs de l'énergie, de la finance et des technologies de l'information.

Tesla a chuté de plus de 15 % pour atteindre son niveau le plus bas de trois semaines, le fabricant de véhicules électriques n’ayant pas fait partie des trois nouvelles entreprises récemment ajoutées au S&P 500. Pourtant, le cours de l'action Tesla a presque quadruplé depuis le début de l'année.

Au plus bas mardi, Apple, Amazon, Facebook, Alphabet, Microsoft, Tesla et Netflix avaient perdu plus de 1 000 milliards de dollars en termes de capitalisation boursière combinée depuis le 2 septembre.

La correction pourrait avoir été déclenchée par la crainte que les investisseurs institutionnels aient acheté trop d'options d'achat au cours du deuxième trimestre.

JPMorgan Chase a perdu 3 % en raison d'informations selon lesquelles elle enquêterait sur des employés qui auraient détourné les fonds de soutien dans le cadre du coronavirus.

Boeing a chuté de 4 %, car les investisseurs ont découvert que l'administration américaine de l'aviation avait ouvert une enquête sur les défauts de fabrication du Boeing 787.

Les marchés boursiers asiatiques clignotent également en rouge mercredi, suite à la chute des valeurs technologiques américaines.

Au moment de la rédaction de ces lignes, l’indice Shanghai Composite est en baisse de 1,07% et la composante de Shenzhen affiche une chute de 2,21 %.

Tôt ce matin, la Chine a publié ses indices des prix à la consommation et à la production d'août. Ceux-ci ont respectivement augmenté de 2.4% et diminué de 2% en rythme annuel, conformément aux attentes des analystes.

La tendance baissière pourrait également être liée au soudain arrêt des essais du vaccin contre la COVID-19, élaboré par AstraZenecaavec l'université d'Oxford. Ce produit était l'un des plus avancés et avait fait naître l'espoir qu'il mettrait fin à la pandémie. La suspension est due à une réaction négative.

Le Hang Seng de Hong Kong cède 0.98%. Le gouvernement a annoncé hier un assouplissement accru des mesures de confinement.

Le Nikkei 225 japonais a abandonné 1.15% et l'ASX 200 australien 2.43%.

En Corée du Sud, le Kospi a lâché 0.66%, bien qu'il se soit extrait de ses plus bas de la séance. Les données officielles parues mercredi ont témoigné d'une baisse inattendue du chômage pour le troisième mois d'affilée, malgré le durcissement des mesures de distanciation sociale adopté dans le pays, après que le nombre de cas de coronavirus a commencé à augmenter. Toutefois, malgré le recul du taux de chômage à 3.2%, contre 4.2% en juillet, les chiffres globaux de l'emploi ont marqué un sixième mois consécutif de repli.

Les futures européens sont mitigés pour l'instant. Le Dax allemand reste résilient face aux baissiers.

Sur le marché des matières premières, les prix du pétrole ne parviennent pas à trouver un support, les investisseurs s'inquiétant d'une deuxième vague de pandémie. Le Brent a chuté de 0.53%, ce qui l'a ramené sous $40 pour la première fois depuis juin. Les futures sur le WTI ont glissé de 0.65% à $36.52.

Le nombre de cas confirmés de COVID-19 continue d'augmenter en Inde, au Royaume-Uni, en Espagne, dans de nombreux Etats américains et dans le monde.

L'or ne joue pas son rôle de valeur refuge, au vu de son recul de 0.33% à 1,936.70.

Sur le marché des changes, le dollar et le yen profitent de la correction des technologiques. L'indice dollar, qui suit le billet vert par rapport à un panier de six devises, a pris 0.04% à 93.490. Les investisseurs attendent également la réunion de la Banque centrale européenne (BCE) prévue demain. La BCE a déjà laissé entendre que la monnaie unique était trop forte pour sa politique monétaire.

De son côté, la livre britannique poursuit son recul sur fond de montée des craintes d'un retrait sans accord du bloc européen. Le GBP/USD est tombé sous les 1.30, pour toucher son plus bas niveau depuis juillet. Le Premier ministre Boris Johnson a déclaré que le Royaume-Uni accepterait un Brexit sans accord si les négociations ne progressaient pas d'ici mi-octobre.

 
Live chat