DISCLAIMER

Our systems have detected that you are using a computer with an IP address located in the USA.
If you are currently not located in the USA, please click “Continue” in order to access our Website.

Local restrictions - provision of cross-border services

Swissquote Bank Ltd (“Swissquote”) is a bank licensed in Switzerland under the supervision of the Swiss Financial Market Supervisory Authority (FINMA). Swissquote is not authorized as a bank or broker by any US authority (such as the CFTC or SEC) neither is it authorized to disseminate offering and solicitation materials for offshore sales of securities and investment services, to make financial promotion or conduct investment or banking activity in the USA whatsoever.

This website may however contain information about services and products that may be considered by US authorities as an invitation or inducement to engage in investment activity having an effect in the USA.

By clicking “Continue”, you confirm that you have read and understood this legal information and that you access the website on your own initiative and without any solicitation from Swissquote.

Research Market strategy
by Swissquote Analysts
Daily Market Brief

Les actions amorcent une reprise après leur pire baisse en 5 mois

1

Les actions amorcent une reprise après leur pire baisse en 5 mois

Par Strategy Desk

Les marchés boursiers américains étaient fermés lundi, mais les contrats à terme sur les indices de référence indiquent des tentatives de reprise, sauf pour le Nasdaq. La semaine dernière, les actions américaines ont connu leur pire baisse en plus de cinq mois, réduisant considérablement les gains accumulés au cours des cinq semaines précédentes. Les indices ont touché leur niveau le plus bas vendredi dernier, et leurs contrats à terme ont légèrement rebondi depuis lors.

Au moment où nous écrivons ces lignes, les contrats à terme sur le Dow Jones et le S&P 500 sont en hausse de 0,76 % et 0,44 %, respectivement. Cependant, les contrats à terme sur le Nasdaq continuent de clignoter en rouge, avec une perte de 0,33 % au cours de la séance.

Bien qu’on ne puisse pas expliquer clairement la forte chute de la semaine dernière par des fondamentaux particuliers, les investisseurs estiment que la correction a été causée par les craintes que la hausse des valeurs technologiques ait fait grimper les valorisations à des niveaux de surachat insoutenables.

Les marchés boursiers asiatiques évoluent pour la plupart à la hausse ce mardi, car les actions se remettent de la chute de la semaine dernière.

L’indice chinois Shanghai Composite est maintenant en hausse de 0,21 %, car il a inversé les pertes enregistrées plus tôt. La composante de Shenzhen est en baisse de 1,08 %, car elle est davantage orientée vers les valeurs technologiques, qui elles ne peuvent toujours pas se remettre.

Les tensions entre les États-Unis et la Chine se sont encore intensifiées après que le président américain Donald Trump a menacé de réduire les relations économiques avec la Chine. Trump a promis de ramener les emplois de la Chine vers les États-Unis et a déclaré que les États-Unis perdaient des milliards de dollars. Si les États-Unis ne faisaient pas d'affaires avec la Chine, ils ne perdraient pas ces milliards, a conclu le président, en insistant à nouveau sur le mot « découplage ».

Les propos de M. Trump font suite aux déclarations du secrétaire au Trésor Steven Mnuchin en juin dernier, qui a déclaré que les deux économies seraient obligées de se découpler si la Chine ne permettait pas aux entreprises américaines de se livrer à une concurrence loyale.

Outre le vieux conflit avec les États-Unis, la Chine a détérioré ses relations avec l'Inde, car les deux pays sont en conflit au sujet de leur frontière.

Le Hang Seng de Hong Kongprend 0.14% après des pertes initiales.

Au Japon, le Nikkei 225 a gagné 0.66%, bien que le pays ait subi sa pire contraction depuis la Deuxième Guerre mondiale. Le PIB nippon a chuté de 28.1% a/aau deuxième trimestre, ce qui est légèrement supérieur aux anticipations de 28.6% des analystes. Néanmoins, les dépenses des ménages et la balance courante de juillet ont déçu les attentes. Le sentiment est soutenu par la confiance des investisseurs dans le fait queYoshihideSuga, un membre du parti au pouvoir, remplacera le Premier ministre sortant Shinzo Abe.

Le Kospi sud-coréen progresse de 0.75% et l'ASX 200 australien de 0.80% sur fond d'espoirs de la mise à disposition potentielle d'un vaccin contre la COVID-19 dès les premiers mois 2021 en Australie.

En Europe, les actions s'écartent du plongeon de leurs homologues technologiques américaines, les DAX, FTSE et CAC gagnant environ 2% lundi. Leurs futures pointent également à la hausse.

Sur le marché des matières premières, le pétrole continue de s'orienter vers ses plus bas de juillet, par réaction à la montée des craintes d'un nouveau recul de la demande de brut en raison de l'augmentation des cas de coronavirus. De plus, la fête du travail américaine a marqué la fin de la "drivingseason" (saison des vacances) aux Etats-Unis.

Le WTI a lâché 1.89% à $39.02. Le Brent, plus stable, a glissé de 0.17% à $41.95.

La tendance baissière des cours du brut s'est accentuée hier, après que l'Arabie Saoudite a réduit les prix d'octobre pour les marchés asiatiques.

Les futures sur l'or évoluent latéralement, bien que le métal jaune ait bondi il y a quelques minutes pour afficher une hausse de 0.41%. La valeur refuge pourrait tenter d'inverser sa tendance baissière à plus long terme, les Etats-Unis ayant fait état d'une augmentation des nouveaux cas de coronavirus dans 22 Etats.

Sur le marché des changes, le dollar est stable mardi. L'EUR/USD était en difficulté, mais il s'est remis de ses pertes pour reprendre 0.06%. La réunion de la Banque centrale européenne retiendra toutes les attentions jeudi. Si la plupart des analystes tablent sur le maintien du statu quo, la BCE pourrait exprimer des inquiétudes quant à un euro fort, ce qui mettrait sous pression la monnaie unique qui progresse depuis mai.

La livre poursuit son repli face aux majors. Le gouvernement britannique envisage de passer outre l'accord de retrait avec l'UE et de modifier des "éléments extrêmement spécifiques". Les dirigeants européens ont prévenu qu'il n'y aurait pas d'accord si le Royaume-Uni décidait de ne pas tenir compte du traité. Un autre cycle de négociations doit commencer aujourd'hui à Londres. Le Premier ministre Boris Johnson a déclaré que le gouvernement britannique n'avait pas peur d'un Brexit sans accord. Si cela se produisait, le Royaume-Uni passerait simplement à autre chose, a-t-il affirmé.

 
Live chat