DISCLAIMER

Our systems have detected that you are using a computer with an IP address located in the USA.
If you are currently not located in the USA, please click “Continue” in order to access our Website.

Local restrictions - provision of cross-border services

Swissquote Bank Ltd (“Swissquote”) is a bank licensed in Switzerland under the supervision of the Swiss Financial Market Supervisory Authority (FINMA). Swissquote is not authorized as a bank or broker by any US authority (such as the CFTC or SEC) neither is it authorized to disseminate offering and solicitation materials for offshore sales of securities and investment services, to make financial promotion or conduct investment or banking activity in the USA whatsoever.

This website may however contain information about services and products that may be considered by US authorities as an invitation or inducement to engage in investment activity having an effect in the USA.

By clicking “Continue”, you confirm that you have read and understood this legal information and that you access the website on your own initiative and without any solicitation from Swissquote.

Research Market strategy
by Swissquote Analysts
Daily Market Brief

Les investisseurs restent prudents face au flot d'informations contrastées

1

Les investisseurs restent prudents face au flot d'informations contrastées

Par Vincent Mivelaz

L'absence de catalyseurs positifs semble finalement l'emporter après l'impressionnant rebond mondial intervenu lundi. L'espoir d'une coopération franco-allemande en vue de la création d'un Fonds de relance européen de 500 milliards d'euros a été tempéré par le calendrier de la mise en œuvre (disponibilité en 2021 au plus tôt), tandis que les conditions d'attribution pourraientmettre en question le soutien de l'ensemble des membres de l'UE lors de la réunion de la Commission européenne du 27 mai. Cependant, les signes d'une Europe unie devraient envoyer un message positif et stimuler le sentiment de même que la monnaie unique, sur fond de risques d'un discours anti-européen en raison de la pire contraction économique menaçant l'UE depuis la Seconde Guerre mondiale. Les attentes de la mise sur le marché rapide d'un vaccin ont également été douchées par un rapport soulignant que les données n'étaient pas suffisantes pour confirmer l'efficacité du vaccin de Moderna, bien que ces informations n'aient guère surpris puisque la biotech basée à Cambridge vient d'entrer dans la phase 2 des essais. Pour l'instant, les investisseurs surveilleront la publication des minutes de la Fed et tenteront de deviner si la Banque d'Angleterre appliquera des taux négatifs après sa réunion du 18 juin 2020.

Les spéculations autour de la prise de mesures de stimulation supplémentaires par la BoEont enflé après la série de mauvais indicateurs parus cette semaine. Concernant l'emploi, ce n'est pas tant le taux de chômage, qui s'est maintenu à 3.9% en mars, qui a retenu l'attention, mais plutôt les demandes d'allocations chômage qui ont marqué une hausse de 856 500 (précédemment : 12 200) m/m en avril, le plus haut niveau jamais atteint. De plus, les derniers chiffres de l'inflation des prix à la consommation en glissement mensuel et annuel ont confirmé le pire, soit -0.20% (préc. : 0%) et 0.8% (préc. : 1.5%) respectivement, l'inflation britannique tombant sous 1%, avec des prévisions de PIB du deuxième trimestre t/t à -14.6% (T1 : -2%). Sur une note plus positive, un tiers des entreprises du pays se sont déclarées capables de reprendre leurs activités, d'après une enquête de la Chambre de commerce britannique. Par ailleurs, les risques d'un Brexit dur, compte tenu de l'accord commercial de "faible qualité" proposé par l'UE, pourraient être contrebalancés par un nouveau régime tarifaire post-Brexit qui imposerait des taxes douanières inférieures à 2% aux produits à la consommation des partenaires commerciaux du monde entier. Dans les jours à venir, les marchés suivront de près les PMI japonais, européens et américains attendus demain, la réunion d'urgence de la Banque du Japon, qui devrait confirmer le financement d'établissements financiers, et les ventes de détail britanniques d'avril (consensus : -15.5%) vendredi. Le GBP/USD se maintient à 1.2243. Le cross estpénalisé par les perspectives de taux négatifs et les effets secondaires liés au Brexit sur le plus long terme. Il devrait évoluer latéralement à court terme, avec un biais baissier à long terme.

 
Live chat