DISCLAIMER

Our systems have detected that you are using a computer with an IP address located in the USA.
If you are currently not located in the USA, please click “Continue” in order to access our Website.

Local restrictions - provision of cross-border services

Swissquote Bank Ltd (“Swissquote”) is a bank licensed in Switzerland under the supervision of the Swiss Financial Market Supervisory Authority (FINMA). Swissquote is not authorized as a bank or broker by any US authority (such as the CFTC or SEC) neither is it authorized to disseminate offering and solicitation materials for offshore sales of securities and investment services, to make financial promotion or conduct investment or banking activity in the USA whatsoever.

This website may however contain information about services and products that may be considered by US authorities as an invitation or inducement to engage in investment activity having an effect in the USA.

By clicking “Continue”, you confirm that you have read and understood this legal information and that you access the website on your own initiative and without any solicitation from Swissquote.

Research Market strategy
by Swissquote Analysts
Daily Market Brief

La livre progresse avant les PMI prévus vendredi, les actions se redressent, l'euro recule malgré un ZEW robuste

1

La livre progresse avant les PMI prévus vendredi, les actions se redressent, l'euro recule malgré un ZEW robuste

Par Ipek Ozkardeskaya

L'humeur des marchés asiatiques s'est légèrement améliorée après la clôture de Wall Street sur une note négative mardi. Les valeurs liées à la santé ont surperformé à New York, en raison des craintes que la propagation du coronavirus entraîne une augmentation de la demande de produits pharmaceutiques.

Netflix a enregistré des résultats solides au quatrième trimestre, grâce au bond surprise de 8.8 millions d'abonnés, contre 7.6 millions promis aux investisseurs. La société a toutefois fait part de prévisions timides quant à la croissance des abonnements ce trimestre, compte tenu de l'intensification de la concurrence dans le secteur du streaming en direct, qui a vu le lancement spectaculaire d'Apple TV et de Disney+ fin 2019.

Les actions japonaises (+0.67%) ont regagné une partie du terrain perdu hier, le Hang Seng a rebondi de 1.22%, l'ASX 200 a empoché 0.94%, et le Shanghai Composite (+0.33%) a grappillé quelques gains.

Le yen s'est affaibli au-dessus du seuil des 110 face au dollar, tandis que l'or s'est replié à $1550 l'once, sous l'effet du regain d'appétit pour le risque.

La livre a progressé à la faveur de la publication hier de données sur les salaires meilleures que prévu. Si les derniers chiffres montrent que le marché de l'emploi britannique résiste malgré les incertitudes politiques et la saga du Brexit, les traders sont focalisés sur un seul indicateur : les PMI prévus au programme de vendredi, qui seront les premières données portant sur la période post-électorale. Les PMI manufacturier et des services devraient s'afficher en hausse en janvier. C'est sur cette anticipation que les traders de la livre vont s'appuyer jusqu'à vendredi.

Les futures sur FTSE (+0.33%) et DAX (+0.56%) pointent vers une ouverture positive en Europe, au lendemain de la séance morose de mardi. Seul le DAX s'est distingué en frôlant des sommets inédits depuis deux ans après la forte hausse surprise du ZEW, qui est ressorti à 26.7 en janvier, contre 15.0 attendu par les analystes et 10.7 au mois précédent.

Les enquêtes ZEW de bonne tenue en Allemagne et en zone euro n'ont cependant pas réussi à relever le sentiment sur l'euro. L'EUR/USD a accentué ses pertes pour reculer à 1.1077 en Asie. Il devrait trouver un support près de la moyenne mobile à 100 jours (1.1071) avant la réunion de la Banque centrale européenne (BCE) jeudi, lors de laquelle Christine Lagarde devrait brosser un tableau légèrement plus optimiste de la santé économique de l'union et tempérer les colombes.

Le brut WTI a glissé sous les $58 le baril. Les préoccupations entourant les retombées économiques de la propagation du coronavirus, conjuguées à l'abaissement par le FMI des prévisions de croissance mondiale, pourraient aisément éclipser les pénuries d'approvisionnement temporaires au Moyen-Orient et accroître les pressions à la baisse.

La baisse du brut pèse sur le dollar canadien, qui a gagné près de 3% face au billet vert en décembre. A présent, l'USD/CAD teste les offres à 1.31, la Banque du Canada (BoC) s'apprêtant à laisser son principal taux directeur en l'état à 1.75% lors de sa réunion d'aujourd'hui. Par ailleurs, l'inflation au Canada est anticipée en hausse à 2.3% en décembre, contre 2.2 au mois précédent. Une solide lecture de l'IPC pourrait maintenir les colombes de la BoC sur la touche.

Aux Etats-Unis, les investisseurs ne montrent aucun intérêt pour le procès en destitution de Trump. Le menu du jour comprend l'indice d'activité de la Fed de Chicago, qui pourrait témoigner d'un certain affaiblissement en décembre et limiter les gains du dollar.

 
Live chat