Dossier

Ces entreprises qui veulent nous endormir

Une multitude de sociétés se partagent le juteux marché du sommeil qui intéresse de plus en plus de nouveaux acteurs venus tout droit du secteur digital. Notre sélection.

Par Bertrand Beauté

  • Fondation: 2014
  • Siège: NEW YORK (US)
  • Revenues: $497 MIO (2020)
  • Effectif: 634
  • Stock Exchange:

L’industrie du matelas s’était endormie sur ses lauriers. Casper l’a réveillée. Créée en 2014, cette start‑up new‑yorkaise a bouleversé le secteur de la literie en y transposant tous les codes de l’e‑commerce. À l’origine en effet, les matelas de l’entreprise se commandaient uniquement en un clic sur Internet, avant d’être transportés, sous forme roulée et compressée, par des livreurs à vélo dans tout Big Apple. Le client bénéficiait alors de 100 nuits d’essai, durant lesquelles il pouvait le rendre sans frais s’il n’était pas satisfait. Pas de magasin et pas de vendeur, donc, ce qui a permis à l’entreprise de casser les prix et de conquérir le marché new‑yorkais. Un succès foudroyant. Un mois seulement après la création de Casper, les ventes de l’entreprise atteignaient déjà 1 million de dollars et 100 millions au bout de deux ans.

De quoi mettre en danger les acteurs historiques. En octobre 2018, le leader incontesté du matelas aux États‑Unis, Mattress Firm, s’est placé sous le régime des faillites. Il s’en est sorti le mois suivant mais au prix d’un énorme sacrifice : la fermeture de 660 magasins sur les 3000 qu’il possède. Casper, qui s’est depuis lancée sur d’autres marchés (le Canada, le Royaume‑Uni, l’Allemagne, la Suisse et la France notamment), affiche un chiffre d’affaires de 497 millions de dollars en 2020.

Problème : l’entreprise creuse ses pertes. Elles se sont élevées à 89,5 millions de dollars l’an passé. La raison ? Un marché hyperconcurrentiel. Facilement imitable, la stratégie originelle de Casper a en effet été copiée par une multitude de start‑up comme Leesa, Purple, Tuft & Needle et Yogabed aux États‑Unis, Eve Sleep et Simba au Royaume‑Uni ou Tediber en France. Cette concurrence accrue a obligé Casper à dépenser massivement dans le marketing (plus de 650 millions investis depuis sa création) et à se réinventer.

Alors que l’entreprise se contentait à l’origine de vendre un nombre limité de produits, elle a enrichi son assortiment en commercialisant des lampes et accessoires pour améliorer le sommeil et même des matelas pour animaux. En parallèle, Casper a ouvert des magasins en dur – elle en compte 70 actuellement – et a signé des partenariats avec des vendeurs traditionnels comme Mattress Warehouse en juin 2021. Une majorité d’analystes valident ce changement de stratégie et recommandent d’acheter le titre qui naviguait autour des 5 dollars au mois d’août, soit moitié moins que son prix d’introduction en Bourse, fixé à 12 dollars en février 2020.

  • Fondation: 1987
  • Siège: VICTORIA (AU)
  • Revenues: $25.7 MIO (2020)
  • Effectif: 130
  • Stock Exchange:

Cotée sur l’Australian Securities Exchange depuis 2000, Compumedics conçoit et fabrique des machines de diagnostic des troubles du sommeil, notamment des appareils de polysomnographie. Les produits de Compumedics sont vendus principalement aux hôpitaux. L’entreprise affirme être leader de ce marché en Australie, au Japon et en Chine, ainsi que numéro 3 aux États-Unis.

  • Fondation: 1972
  • Siège: HIGH POINT (US)
  • Revenues: $299.7 MIO (2021)
  • Effectif: 1430
  • Stock Exchange:

Peu connue du grand public, l’entreprise américaine Culp produit des tissus pour la plupart des fabricants de matelas américains. Parmi ses clients, on retrouve Casper et Tempur Sealy.

  • Fondation: 2014
  • Siège: LONDRES (UK)
  • Revenues: £25.2 MIO (2020)
  • Effectif: 50
  • Stock Exchange:

Avec Purple et Casper, Eve Sleep est l’une des trois start-up de matelas en boîte commandés sur Internet et livrés à la maison à avoir franchi les portes de la Bourse. Si à la différence de ses deux concurrentes américaines, Eve est britannique, elle connaît un parcours similaire : un chiffre d’affaires en hausse chaque année (+6% en 2020), mais une difficulté à réaliser des bénéfices dans un marché devenu hyperconcurrentiel, avec une perte de 2,4 millions de livres en 2020.

  • Fondation: 1934
  • Siège: AUCKLAND (NZ)
  • Revenues: $1.38 MRD (2021)
  • Effectif: 5788
  • Stock Exchange:

La pandémie de coronavirus a eu un effet déformant sur les résultats de Fisher & Paykel Healthcare. Spécialiste des appareils respiratoires, et notamment de l’oxygénothérapie à haut débit devenue l’un des principaux traitements de première ligne pour les patients atteints de la Covid-19, l’entreprise néozélandaise a vu son chiffre d’affaires s’envoler de 56%, à 1,97 milliard de dollars néozélandais, lors de son exercice fiscal 2021, clos en février dernier. Hors pandémie, Fisher & Paykel est également connu pour ses traitements de l’apnée du sommeil, notamment ses machines CPAP qui diffusent de l’air dans le nez des patients apnéiques durant leur sommeil. L’entreprise a par ailleurs développé un logiciel hébergé sur le cloud qui permet aux personnes souffrant de troubles du sommeil de monitorer leurs nuits et de partager leurs données avec leur médecin.

  • Fondation: 1989
  • Siège: SCHAFFHAUSEN (CH)
  • Revenues: $4.19 MRD (2021)
  • Effectif: 16000
  • Stock Exchange:

Principalement connu du grand public pour ses navigateurs GPS qui accompagnent les sportifs, Garmin s’intéresse également au sommeil de ses clients. Depuis 2018, plusieurs montres du fabricant américain, dont le siège se trouve en Suisse, sont en effet capables de monitorer le sommeil de leurs utilisateurs en analysant plusieurs paramètres comme le mouvement, la fréquence cardiaque ainsi que la saturation du sang en oxygène. Selon Garmin, ces données permettent de suivre le temps que l’utilisateur passe dans chaque stade du sommeil.

Sur le créneau des montres connectées suivant le sommeil, Garmin est en concurrence avec les géants américains Fitbit (détenu par Google) et Apple, le conglomérat coréen Samsung et le chinois Huawei, mais aussi des acteurs plus petits comme le finlandais Polar ou le français Withings. Selon le cabinet Counterpoint, le marché des smartwatchs, qui a augmenté de 35% au premier trimestre 2021, reste largement dominé par Apple qui possède 33,5% du marché mondial. Garmin se classe en sixième position, mais ses ventes augmentent.

L’entreprise, qui est également présente dans les secteurs de l’aviation, de la marine et de l’automobile, a vu son chiffre d’affaires progresser de 11,5% en 2020 par rapport à l’année précédente. Une majorité d’analystes conseillent de conserver le titre, qui affiche une hausse de près de 40% depuis le 1er janvier.

  • Fondation: 2007
  • Siège: MINNEAPOLIS (US)
  • Revenues: $115.4 MIO (2020)
  • Effectif: 341
  • Stock Exchange:

« No mask. No hose. Just sleep. » À lui seul, le slogan de la firme américaine Inspire Medical est un espoir pour de nombreux patients atteints du syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS). Jusqu’ici, le traitement principal de cette pathologie, qui se manifeste par une fermeture du pharynx durant la nuit empêchant le malade de respirer durant son sommeil pendant plusieurs dizaines de secondes, est l’utilisation de machines CPAP diffusant de l’air sous pression. Problème : cela oblige les patients à porter un masque toute la nuit, un dispositif mal accepté pour des questions de confort ou d’apparence.

Créée en 2007, l’entreprise Inspire Medical a développé un implant qui permet de régler cette question. Concrètement, un dispositif (composé d’un capteur implanté au niveau des côtes et d’un neurostimulateur placé sous la clavicule) est inséré dans le corps lors d’une opération chirurgicale. Lorsque le capteur détecte une apnée du sommeil, le neurostimulateur produit un courant électrique de faible intensité activant le nerf hypoglosse qui contrôle la langue. Résultat : la respiration reprend normalement.

En 2014, la Food and Drug Administration (FDA) a autorisé ce dispositif et depuis les ventes d’Inspire s’envolent. Après un deuxième trimestre record, Inspire a revu ses prévisions à la hausse en août dernier. L’entreprise prévoit désormais de réaliser un chiffre d’affaires de 210 à 213 millions en 2021, soit une hausse de 82 à 85% par rapport à 2020. Une majorité d’analystes conseillent d’acheter le titre, Inspire conservant une longueur d’avance sur la concurrence représentée notamment par la pépite belge Nyxoah et l’entreprise britannique LivaNova.

  • Fondation: 1987
  • Siège: LONDRES (UK)
  • Revenues: $934 MIO (2020)
  • Effectif: 3000
  • Stock Exchange:

Active principalement dans le traitement des maladies cardiovasculaires, l’entreprise britannique LivaNova a fait une entrée remarquée sur le marché du sommeil en 2017 avec le rachat de la société américaine ImThera Medical. Cette pépite développe un implant stimulant le nerf hypoglosse utilisé dans le traitement des apnées du sommeil. Le premier essai clinique de cet appareil, concurrent des implants de la firme américaine Inspire et de la start-up belge Nyxoah a été approuvé par la Food and Drug Administration (FDA) en juin 2021.

  • Fondation: 2009
  • Siège: MONT-SAINT-GUIBERT (BE)
  • Revenues: € 69’000 (2020)
  • Effectif: 100
  • Stock Exchange:

« Pour une petite entreprise de 100 employés, nous sommes très global », sourit Olivier Taelman, le CEO de Nyxoah. Fondée en 2009 par le serial entrepreneur Robert Taub, Nyxoah a son siège en Belgique, à Mont-Saint-Guibert, mais possède aussi un site de fabrication en Israël, à Tel-Aviv, où se fait l’essentiel de sa R&D. L’entreprise, qui dispose également d’équipes en Australie, en Allemagne et aux États-Unis, vient d’achever la construction d’un deuxième site de production à Liège.

Nyxoah a créé un implant miniature baptisé Genio qui agit par neurostimulation pour maintenir les voies respiratoires supérieures ouvertes pendant le sommeil. Ce dispositif, qui coûte près de 20’000 euros par patient auxquels il faut ajouter le prix de l’opération, vise à combattre plus efficacement les apnées obstructives du sommeil (OSA) modérées à sévères. Cet appareil a reçu le prix de l’innovation 2014 délivré par la société d’experts-conseils Frost & Sullivan.

« Grâce à sa forme discrète et à sa facilité d’implantation, le Genio de Nyxoah a le potentiel de bouleverser la façon dont nous traitons l’apnée du sommeil », estime, quant à elle, la banque d’affaires Bryan, Garnier & Co dans une note. Le marché potentiel de Nyxoah est estimé à 400 millions de personnes qui souffrent d’apnée obstructrice du sommeil modérée ou sévère à travers le monde. Une majorité d’analystes recommandent d’acheter le titre qui se négocie aujourd’hui autour de 26 euros, soit presque 50% de plus que son prix d’introduction (17 euros) à la Bourse de Bruxelles en septembre 2020.

  • Fondation: 1982
  • Siège: TOKYO (JP)
  • Revenues: $821.92 MIO (2020)
  • Effectif: 3614
  • Stock Exchange:

Lancé en 1947 sous le nom de Kimura Shindai Seisakujo, Paramount Bed Holding développe et commercialise des lits destinés aux hôpitaux, mais aussi des modèles destinés aux personnes âgées. Un business amené à se développer en raison du vieillissement de la population.

  • Fondation: 1891
  • Siège: AMSTERDAM (NL)
  • Revenues: € 19.535 MRD (2020)
  • Effectif: 81592
  • Stock Exchange:

La division sommeil de Philips en plein cauchemar industriel. En juin dernier, le géant néerlandais a annoncé le rappel de 3 à 4 millions d’appareils d’assistance respiratoire, en raison de risques potentiels pour la santé. Cela concerne principalement les appareils CPAP (Continuous Positive Airway Pressure) portés par les patients durant la nuit pour prévenir les apnées du sommeil. Selon la FDA, 61 incidents et 25 blessures ont été causés par ces machines, mais aucun décès. Au-delà du coût économique – Philips a provisionné 500 millions d’euros – l’affaire tombe mal pour le géant néerlandais, qui vient d’achever son recentrage sur la santé.

En mars 2021, l’entreprise a en effet cédé sa division électroménager pour 3,7 milliards d’euros à la société d’investissement chinoise Hillhouse Capital. Après les ventes de ces dernières années des divisions musique, électronique et éclairage, cette opération a finalisé le virage stratégique de Philips qui se concentre désormais uniquement sur « la santé et le bien-être », selon l’expression de Frans van Houten, le patron du groupe depuis 2011.

Dans cette nouvelle organisation, le sommeil est un élément clef pour Philips. En 2020, la division « Sleep & Respiratory Care » a représenté près de 14% du chiffre d’affaires du groupe. Actuel numéro 2 mondial du traitement des apnées du sommeil, avec une part de marché de 42% selon la banque canadienne RBC Capital Markets, Philips pourrait voir le leader mondial du secteur, l’américain ResMed, creuser l’écart suite au rappel des appareils défectueux. Par ailleurs, des start-up comme la belge Nyxoah et l’américaine Inspire, qui tentent de bouleverser le traitement des apnées, pourraient en profiter pour grignoter des parts de marché.

Néanmoins, à plus large échelle, la pandémie a validé le recentrage vers la santé de l’ancien conglomérat technologique. Une majorité d’analystes conseillent d’acheter le titre, qui a perdu 15% de sa valeur entre janvier et août 2021, notamment en raison du rappel de ses produits.

  • Fondation: 2015
  • Siège: LEHI (US)
  • Revenues: $648.5 MIO (2020)
  • Effectif: 1600
  • Stock Exchange:

Purple Innovation ne se décrit pas comme un vendeur de matelas ou un spécialiste de la literie. Non, l’entreprise américaine préfère dire qu’elle est « The world’s first comfort tech company », soit « la première entreprise de technologie du confort au monde ». Une dénomination un peu pompeuse qui masque mal le fait que Purple Innovation a imité le modèle de son principal concurrent : Casper. En effet, créée en 2015, soit un an après Casper, Purple développe et vend des matelas et des produits de literie sur Internet « direct-to-consumer », c’est-à-dire sans intermédiaire. Pour se différencier de ses concurrents, Purple vante les mérites de sa technologie propriétaire Hyper-­Elastic Polymer, censée apporter davantage de confort que les matelas traditionnels.

Une stratégie qui fonctionne puisque l’élève a finalement dépassé le pionnier, en s’accaparant 4% du marché des matelas aux États-Unis en 2019, soit 1% de plus que Casper (3%), mais derrière les sociétés plus âgées comme Sleep Number (8%) ou Tempur Sealy (30%). En 2020, Purple a réalisé un chiffre d’affaires de 648,5 millions de dollars, en hausse de 51,4% sur un an. Surtout, à la différence de Casper, l’entreprise est bénéficiaire, avec un profit de 10,9 millions de dollars en 2020. La société entend poursuivre sa forte croissance en projetant de réaliser un chiffre d’affaires compris entre 2 et 2,5 milliards de dollars d’ici trois à cinq ans, contre moins de 650 millions en 2020. Des perspectives qui séduisent les analystes, une majorité d’entre eux recommandant d’acheter le titre.

  • Fondation: 1989
  • Siège: SAN DIEGO (US)
  • Revenues: $3.2 MRD (2021)
  • Effectif: 7500
  • Stock Exchange:

S’endormir dans son lit et puis s’arrêter de respirer pendant 10 secondes, 30 secondes et parfois même davantage. L’apnée du sommeil, nommée par les scientifique Syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS), est l’un des troubles du sommeil le plus fréquents. Selon une étude publiée dans The Lancet Respiratory Medicine en 2019, près de 936 millions de personnes âgées de 30 à 69 ans souffrent de SAOS dans le monde, dont 425 millions ont des formes modérées ou sévères nécessitant un traitement. Rien qu’en Suisse, près de 150’000 personnes s’arrêtent brièvement de respirer la nuit, selon les chiffres de la Ligue pulmonaire suisse, dont beaucoup ne sont ni traitées, ni diagnostiquées.

Pourtant cette maladie n’a rien d’anodin. À court terme, l’apnée du sommeil entraîne une fatigue chronique, des somnolences, ainsi que des maux de tête. À long terme, ce syndrome augmente le risque d’hypertension artériel, d’infarctus du myocarde et d’accident vasculaire cérébral. Actuellement, les patients atteints d’apnée du sommeil sont principalement traités par des machines CPAP (Continuous Positive Airway Pressure). Concrètement, les personnes portent un masque durant la nuit qui diffuse de l’air sous pression produit par une machine qui se pose sur la table de nuit.

Leader mondial du secteur, l’entreprise australienne ResMed détient 48% du marché mondial des machines CPAP et 50% du marché des masques associés, selon la banque RBC Capital Markets. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, ResMed profite des déboires de son principal concurrent, le néerlandais Philips, qui a dû opérer un rappel massif de ses appareils en juin 2021. Spécialiste des appareils respiratoires, l’entreprise a également bénéficié de la pandémie, avec des ventes en hausse de 8% lors de son année fiscale 2021 s’achevant le 30 juin 2021, par rapport à la même période l’année passée. Une majorité d’analystes recommandent de conserver le titre, qui s’est déjà apprécié de près de 30% entre janvier et août 2021.

  • Fondation: 1987
  • Siège: MINNEAPOLIS (US)
  • Revenues: $1.857 MRD (2020)
  • Effectif: 4800
  • Stock Exchange:

Après les smartphones, les smartwatchs ou encore les smartcars, voici que les lits deviennent « intelligents ». Spécialiste américain de la literie, Sleep Number, qui se présente comme le leader de la santé du sommeil et de l’innovation, a en effet lancé un « smartbed ». Bardé de capteurs, ce lit ajuste la température du matelas, répond aux mouvements du corps, mesure la fréquence cardiaque et la durée du sommeil. Les données récoltées sont ensuite disponibles sur une application dédiée, qui donne des conseils pour mieux dormir.

Si les ventes de lits intelligents, estimées à 2,17 milliards de dollars en 2019 par le cabinet Grand View Research, restent pour l’instant marginales, elles commencent à s’envoler. En juillet dernier, Sleep Number a annoncé des résultats record pour les six premiers mois de l’année, en hausse de 39% par rapport à la même période un an plus tôt. « La forte demande des consommateurs pour notre lit intelligent Sleep Number 360 a dépassé nos attentes, si bien que des problèmes d’approvisionnement ont limité nos ventes en juin et juillet », a commenté Shelly Ibach, CEO de Sleep Number, dans un communiqué.

Mais l’entreprise américaine n’est pas la seule sur ce créneau. Une multitude d’entreprises lorgnent le créneau des matelas connectés censés améliorer le sommeil mais qui permettent aussi d’augmenter les marges. Parmi elles, on retrouve des start-up comme les américaines Eight Sleep et Ultimate Smart Bed, mais aussi des acteurs historiques de la literie comme les français Bultex et Maliterie. Une majorité d’analystes conseillent de conserver l’action.

  • Fondation: 2004
  • Siège: SYDNEY (AU)
  • Revenues: $41,98 MIO (2020)
  • Effectif: 60
  • Stock Exchange:

La société australienne Somnomed développe des traitements de l’apnée obstructive du sommeil. Mais si la majorité des patients atteints de cette maladie sont traités par des machines CPAP qui diffusent de l’air durant la nuit, Somnomed mise sur une technologie alternative : l’orthèse mandibulaire. Concrètement, il s’agit d’un petit appareil dentaire qui se place dans la bouche afin de maintenir la mâchoire inférieure avancée durant la nuit. Selon Somnomed, cette technologie possède « un énorme potentiel » parce qu’elle offre des résultats équivalents à ceux des machines CPAP alors que son taux de pénétration reste bas (moins de 10% dans la majorité des pays).

  • Fondation: 2012
  • Siège: LEXINGTON (US)
  • Revenues: $3.677 MRD (2020)
  • Effectif: 7400
  • Stock Exchange:

Née du rachat en 2012 de Sealy par son plus grand concurrent Tempur-Pedic, le fabricant américain de matelas et de literie Tempur Sealy est le numéro 1 du secteur incontesté aux États-Unis avec une part de marché dépassant les 30%, loin devant les nouveaux venus comme Casper et Purple. Innovation.

  • Fondation: 2016
  • Siège: COLORADO (US)
  • Revenues: $13.07 MIO (2020)
  • Effectif: 100
  • Stock Exchange:

Près d’un milliard de patients souffrent d’apnée du sommeil dans le monde, mais moins de 80% sont diagnostiqués. Problème : dans les pays où ils existent, les centres de du sommeil sont souvent surchargés et il faut parfois attendre jusqu’à un an pour obtenir un rendez-vous. Partant de ce constat, Vivos Therapeutics a lancé en janvier 2021 une bague connectée baptisée VivoScore qui permet de détecter les apnées du sommeil en mesurant différents paramètres comme la fréquence cardiaque et la saturation du sang en oxygène. À la différence des montres Fitbit (Google) ou Apple Watch, qui possèdent des fonctions similaires, le VivoScore peut se vanter d’avoir obtenu l’approbation de la FDA. Par ailleurs, Vivos Therapeutics commercialise des orthèses dentaires permettant de traiter différentes pathologies respiratoires du sommeil, comme les ronflements et les apnées faibles à modérées.