DISCLAIMER

Our systems have detected that you are using a computer with an IP address located in the USA.
If you are currently not located in the USA, please click “Continue” in order to access our Website.

Local restrictions - provision of cross-border services

Swissquote Bank Ltd (“Swissquote”) is a bank licensed in Switzerland under the supervision of the Swiss Financial Market Supervisory Authority (FINMA). Swissquote is not authorized as a bank or broker by any US authority (such as the CFTC or SEC) neither is it authorized to disseminate offering and solicitation materials for offshore sales of securities and investment services, to make financial promotion or conduct investment or banking activity in the USA whatsoever.

This website may however contain information about services and products that may be considered by US authorities as an invitation or inducement to engage in investment activity having an effect in the USA.

By clicking “Continue”, you confirm that you have read and understood this legal information and that you access the website on your own initiative and without any solicitation from Swissquote.

« Les crypto-monnaies sont appelées à durer »

Interview de Paolo Buzzi, Chief Technology Officer et cofondateur de l’entreprise.

La frénésie autour des devises virtuelles ne faiblit pas, au point que Swissquote Bank croule sous les demandes d’ouvertures de comptes.

Bulle spéculative ou révolution dans la finance? Le débat ne fait peutêtre que commencer entre détracteurs et défenseurs des crypto-monnaies. Pour Paolo Buzzi, CTO de Swissquote Bank, les devises virtuelles sont là pour longtemps. Explications.

Selon un récent sondage mené en Grande-Bretagne, deux tiers des «millennials» envisagent d’investir dans les crypto-monnaies en 2018. Est-ce que vous aviez imaginé un tel raz-de-marée ?

Quand nous avons commencé à travailler sur ce projet en 2016, on percevait déjà un fort intérêt simplement en écoutant les gens. Mais il est vrai que l’engouement général a dépassé toutes nos attentes. Il faudra voir si cette tendance se confirme dans la durée. Étant donné que le marché des crypto-monnaies est très volatil, avec de fortes hausses mais aussi d’importantes corrections, certaines personnes peuvent s’inquiéter et liquider rapidement leurs positions. D’autres au contraire trouvent ça génial et y voient l’occasion de faire du shopping…

On lit et on entend tout et son contraire au sujet des cryptomonnaies. Certains économistes louent leur potentiel et leur intérêt, d’autres affirment qu’il s’agit d’une bulle. Quel est votre sentiment ?

Je pense que les crypto-monnaies sont appelées à durer. Ce qui se passe est assez génial. On peut voir la séquence actuelle comme une forme d’insoumission à l’establishment, du fait que les crypto-monnaies ne sont a priori pas manipulables par une autorité centralisée. Les règles créées avec le bitcoin se veulent en effet publiques et transparentes. Ces règles sont inscrites dans l’algorithme et non modifiables. Les banques centrales, habituellement émettrices de monnaie, sont ici remplacées par l’algorithme lui-même. Il s’agit d’un concept vraiment intéressant.

Justement, pensez-vous que les grilles de lecture traditionnelles soient encore valides s’agissant des crypto-monnaies ? Ou pour le dire autrement: les économistes maîtrisent-ils vraiment leur sujet ?

Pour les gens qui ont appris et pratiqué l’économie durant le siècle dernier, il a d’abord fallu comprendre le fonctionnement du bitcoin lorsqu’il est apparu... Et ce n’est pas chose aisée car la technologie des crypto-monnaies s’avère relativement complexe à appréhender, d’où un premier frein. Ensuite, étant donné que le cours du bitcoin n’est pas lié à l’économie réelle, mais uniquement à la loi de l’offre et de la demande, cette monnaie se dérobe à toute réflexion logique basée sur des fondamentaux. Beaucoup de gens déconseillent ainsi, à tort ou à raison, d’investir dans les crypto-monnaies. En l’état, force est de constater que les personnes qui ont misé sur le bitcoin il y a un an, alors qu’il valait 400 dollars, peuvent être satisfaites de leur investissement aujourd’hui. Sans même parler des geeks avant-gardistes qui ont acheté des bitcoins il y a 5 ans…

Est-ce que les clients de Swissquote investissent plutôt à des fins spéculatives ou pour conserver durablement leurs crypto-monnaies ?

Nous manquons encore de recul, mais il semble que beaucoup de gens choisissent de tenir leurs positions. Ces investisseurs considèrent le bitcoin comme une nouvelle classe d’actifs décorrélée des marchés. Bien sûr, il y a aussi des clients intéressés avant tout par les gains à court terme. Ils s’en donnent d’ailleurs à coeur joie, car les crypto-monnaies se prêtent bien à l’exercice de l’analyse technique. De plus, ces acti

À titre personnel, investissezvous dans les crypto-monnaies ?

Oui, dans toutes celles disponibles sur notre site, avec une préférence pour le bitcoin et l’ethereum.

Quelle est votre opinion par rapport au cas particulier du ripple, présenté comme la «monnaie des banques» et qui déchaîne les passions ?

Le réseau ripple (RippleNet) doit permettre des transactions interbancaires très rapides, et à ce titre, nous suivons son développement avec intérêt. Concernant la monnaie elle-même, le ripple, son format propriétaire et non open source me dérange, mais c’est une opinion purement personnelle. Cette crypto-monnaie me paraît moins transparente que les autres mais attire beaucoup de monde.

Parmi les crypto-monnaies proposées par Swissquote (bitcoin, bitcoin cash, ethereum, litecoin, ripple), quelles sont celles qui ont le plus de chances de s’imposer ?

C’est la grande question… Actuellement, le bitcoin conserve quand même beaucoup d’avantages: il s’agit d’une monnaie bien rodée, qui a été abondamment auditée depuis 2009 et qui est sécurisée. On ne peut pas en dire autant des innombrables crypto-monnaies qui apparaissent chaque jour ou presque. Le défaut principal du bitcoin réside dans la lenteur des transactions et la limitation du nombre de bitcoins pouvant être émis. D’autres monnaies le supplantent nettement sur ce point, par exemple l’ethereum.

Allez-vous proposer de nouvelles crypto-monnaies prochainement ?

Tout à fait. Nous souhaitons élargir notre offre jusqu’à une dizaine de crypto-monnaies. Cela va dépendre de deux facteurs: ce que les clients nous demanderont et ce qu’il sera possible de proposer d’un point de vue légal. À priori, la Finma (l’autorité fédérale de surveillance des marchés financiers, ndlr) logera toutes les crypto-monnaies à la même enseigne que le bitcoin.

Actuellement, les clients Swissquote investissent et retirent leurs profits en euros ou en dollars. Est-ce que des «wallets» seront prochainement disponibles pour stocker ses crypto-monnaies ?

Le fait que nous n’acceptions pas pour le moment de recevoir ou d’envoyer des bitcoin est lié au risque de blanchiment d’argent. Accepter des bitcoin impose en effet de tracer la provenance des crypto-monnaies. Des outils existent pour cela et il est probable que nous offrions bientôt ce service (sous réserve de l’autorisation de la Finma). Mais pour le moment, les clients ne le demandent pas. Ils misent sur les crypto-monnaies à des fins d’investissement.

Les velléités de régulations ou interdictions futures menacent-t-elles le sort des crypto-monnaies ?

Il y a effectivement beaucoup d’inconnues en ce qui concerne la régulation. Il reste difficile d’en mesurer les impacts. Mais je pense que les régulateurs auront du mal à s’opposer frontalement au mouvement en cours. Beaucoup de gens ressentiraient cela comme une atteinte à leur liberté. Ce que l’on constate, c’est que les approches varient sensiblement selon les pays. Le Japon se montre le plus libéral. Il a reconnu les crypto-monnaies comme des monnaies légales acceptées pour des payements et a même créé sa propre crypto-monnaie. Il en aussi profité pour imposer plus de transparence et de solidité financière aux opérateurs locaux. À l’inverse, la Chine a plus ou moins annoncé son intention de sortir des crypto-monnaies de manière ordonnée, pour mieux y revenir une fois les règles fixées. La France, quant à elle, pousse pour avoir un débat sur les cryptos au prochain G20.

Dans le cas d’un crash de l’économie mondial, les crypto-monnaies pourraient-elles devenir une valeur refuge ?

Tout est possible. Le bitcoin pourrait très bien jouer ce rôle. Cette monnaie à haut risque se transformerait en valeur refuge. Nous l’avons vu récemment au Zimbabwe, où pour se pro- téger contre l’hyperinflation et la difficulté d’accéder au dollar les Zimbabwéens préfèrent convertir leur argent en bitcoin.

 
Live chat