DISCLAIMER

Our systems have detected that you are using a computer with an IP address located in the USA.
If you are currently not located in the USA, please click “Continue” in order to access our Website.

Local restrictions - provision of cross-border services

Swissquote Bank Ltd (“Swissquote”) is a bank licensed in Switzerland under the supervision of the Swiss Financial Market Supervisory Authority (FINMA). Swissquote is not authorized as a bank or broker by any US authority (such as the CFTC or SEC) neither is it authorized to disseminate offering and solicitation materials for offshore sales of securities and investment services, to make financial promotion or conduct investment or banking activity in the USA whatsoever.

This website may however contain information about services and products that may be considered by US authorities as an invitation or inducement to engage in investment activity having an effect in the USA.

By clicking “Continue”, you confirm that you have read and understood this legal information and that you access the website on your own initiative and without any solicitation from Swissquote.

Des entreprises enivrantes

Le marché de l’alcool est aux mains d’une poignée de multinationales,
principalement européennes, qui arrosent l’ensemble de la planète.
Mais quelques outsiders se distinguent. Tour d’horizon

ABINBEV

La fête de la mousse

  • Fondation: 2008
  • Siège: LOUVAIN (BE)
  • Chiffre d'affaires: $54.62 MRD (2018)
  • Employés: 175'000

Une opération rondement menée. Le 24 septembre, le géant brassicole belgo‑brésilien ABInBev a annoncé avoir levé 5 milliards de dollars lors de l’introduction en Bourse de sa filiale asiatique, ce qui valorise cette dernière à 45,6 milliards de dollars. Les fonds levés via cette IPO — la deuxième plus grosse de l’année après celle d’Uber — permettront à ABInBev de réduire sa dette abyssale : plus de 100 milliards de dollars en 2018.

Depuis le rachat de SABMiller en 2016 pour 100 milliards de dollars, ABInBev mène en effet une course au désendettement, qui pèse sur ses résultats. Sur l’exercice 2018, le propriétaire de Budweiser a vu son bénéfice net reculer de près de 15% par rapport à 2017, à 6,7 milliards de dollars.

Mais la firme basée à Louvain, qui a écoulé 567 millions d’hectolitres de bière en 2018, a les reins solides. Ses marques phares Budweiser, Stella Artois et Corona ont progressé de 9% en 2018. Et l’entreprise, qui a réagi plus vite que ses concurrents Heineken et Carlsberg au phénomène du craft, mise intelligemment sur l’essor du sans alcool. Le portefeuille des bières faibles en alcool (moins de 3,5%) ou sans alcool d’ABInBev s’est enrichi de 12 nouvelles bières dans le monde l’an dernier. Le géant prévoit que ce segment de marché représentera 20% de ses volumes en 2025, contre 8% actuellement.

ADVINI

Le vin de terroir

  • Fondation: 1981
  • Siège: SAINT-FÉLIX-DE-LODEZ (FR)
  • Chiffre d'affaires: €257.2 MIO (2018)
  • Employés: 300

Avec 2300 hectares de vignobles exploités, Advini est l’un des rares pure players du vin coté en Bourse. Si l’entreprise n’a pas les faveurs des analystes, elle réalise des résultats positifs avec un chiffre d’affaires 2018 de 257,1 millions d’euros, en hausse de 2,9% par rapport à 2017. Une progression qui se poursuit en 2019, puisque le chiffre d’affaires a augmenté de 9,3% au premier semestre, à 130,5 millions d’euros.

BOSTON BEER

Numéro 2 de l’eau alcoolisée

  • Fondation: 1984
  • Siège: BOSTON (US)
  • Chiffre d'affaires: $995 MIO (2018)
  • Employés: 1'500

Connu pour ses bières kraft, le brasseur de Boston offre de belles perspectives. L’entreprise devrait en effet profiter de la croissance vertigineuse des ventes d’eaux alcoolisées (hard seltzer) aux États‑Unis. Via sa filiale Truly, Boston Beer est le deuxième acteur du secteur derrière la société non cotée White Claw. Durant l’année en cours, les ventes de hard seltzer se sont envolées de 200%, tandis que l’action de la Boston Beer n’a progressé « que » de 45%. Un différentiel qui a poussé Guggenheim Securities à réitérer sa recommandation à l’achat fin septembre. Selon la banque d’investissement les ventes de hard seltzer Truly vont progresser de 160% en 2019, puis encore de 85% en 2020.

BROWN-FORMAN

Le Tennessee Whisky

  • Fondation: 1870
  • Siège: LOUISVILLE (US)
  • Chiffre d'affaires: $3.324 MRD (2018/2019)
  • Employés: 4'500

Lorsque Donald Trump a décidé de taxer les importations d’acier et d’aluminium, l’Europe mais aussi la Chine, ont répliqué en sanctionnant le whisky américain. Une mauvaise nouvelle pour Brown‑Forman, l’un des plus gros producteurs américains avec sa marque Jack Daniel’s. Malgré cette anicroche, l’action atteint un niveau record et les analystes recommandent de conserver le titre.

CAMPARI

Le roi du Spritz

  • Fondation: 1860
  • Siège: MILAN (IT)
  • Chiffre d'affaires: €1.7 MRD (2018)
  • Employés: 4'000

Une success‑story à enseigner dans les écoles de marketing. Lorsque Campari a racheté la marque Aperol en 2003, l’opération avait tout d’une erreur de casting. Affublé d’une image vieillotte, l’Aperol Spritz — un cocktail inventé au début du XXe siècle — n’était alors consommé qu’à Venise et dans ses environs. Et rien ne présageait qu’il sorte du nord‑est de la botte.

« À l’époque, les Spritz étaient servis dans des verres anodins, se rappelle Andrea Neri, directeur général des marques du groupe Campari, dans une interview accordée au journal Les Échos. On a eu l’idée de le servir dans de grands verres à vin répondant au désir de la clientèle pour des boissons plus « faciles », moins alcoolisées mais avec une présentation de grands cocktails. » C’est le début d’un engouement sans précédent. En quelques années, la boisson orangée, avec laquelle se sont fait photographier Madonna ou Halle Berry, devient le coktail tendance, la star des terrasses estivales. Consacré « boisson de l’été 2018 » par le New York Times, l’apéritif a vu ses ventes mondiales bondir de 28%. Et ce n’est pas fini : « En Amérique du Nord, le Spritz n’est pas encore aussi connu qu’en Europe, souligne Moshmi Kamdar, analyste chez Union Bancaire Privée. La marge de croissance reste donc considérable. »

Mais loin de se reposer sur son produit vedette, Campari, qui détient un portefeuille d’une cinquantaine de marques dont la vodka Skyy, le whisky du Kentucky Wild Turkey et le cognac Bisquit, se diversifie. Début septembre, le groupe milanais a annoncé le rachat de Rhumantilles, propriétaire des marques de rhum martiniquais Trois Rivières, La Mauny et Duquesne, pour 60 millions d’euros. Avec cette opération, qui sera finalisée fin 2019, le groupe se renforce dans le rhum — alcool qui n’était pas sa spécialité. Une majorité d’analystes valident cette stratégie et recommandent de conserver le titre, déjà bien valorisé, qui s’est apprécié de près de 190% ces cinq dernières années.

CARLSBERG

Le numéro 3

  • Fondation: 1847
  • Siège: COPENHAGUE (DK)
  • Chiffre d'affaires: DKK 62.5 MRD (2018)
  • Employés: 40'000

Sur la première moitié de l’année 2019, Carlsberg affiche de solides résultats, avec un chiffre d’affaires en hausse de 6,5%, à 32,990 milliards de couronnes danoises (4,8 milliards de francs). Cette bonne santé, le brasseur, propriétaire en Suisse de l’emblématique Feldshossen, ne la doit pas à sa marque éponyme dont les ventes ont baissé de 3% sur la période. Avec une croissance respective de 17% et de 16%, les bières craft et les bières sans alcool ont tiré les activités du groupe vers le haut.

CONSTELLATION

Le pari du cannabis

  • Fondation: 1945
  • Siège: NEW YORK (US)
  • Chiffre d'affaires: $7.6 MRD (2018)
  • Employés: 9'000

« Tous les acteurs de l’alcool regardent d’un oeil attentif l’évolution du marché du cannabis, explique Virginie Roumage, analyste Food & Beverages chez Bryan, Garnier & Co. Pour l’instant, ils restent attentistes, mais n’excluent pas de se lancer. » Seule une entreprise américaine a déjà semé ses graines dans le secteur de l’herbe verte. En 2017, Constellation Brands, distributeur de la bière Corona aux États‑Unis, a annoncé l’acquisition de 9,9% du capital du producteur canadien de cannabis Canopy Growth, pour 191 millions de dollars – une participation passée depuis à 38% – l’idée étant de développer à terme des boissons au cannabis.

Deux ans plus tard, cet investissement n’a pas porté ses fruits. « Nous demeurons confiant dans le secteur du cannabis et son potentiel à long terme, mais nous ne sommes pas satisfaits des résultats publiés récemment par Canopy », a expliqué Bill Newlands, CEO de Constellation Brands, en juin dernier. Canopy Growth a en effet enregistré une perte record de 1,281 milliard de dollars canadiens, sur le trimestre d’avril à juin 2019, contre un déficit de 91 millions sur la même période l’année précédente. Ces mauvais résultats, liés à de lourds investissements dans la production et le marketing, ont impacté Constellation Brands qui a affiché une perte de 245,4 millions de dollars lors du premier trimestre de son exercice.

Si le marché du cannabis verdit moins que prévu, Constellation pourra néanmoins se rattraper avec le secteur des eaux alcoolisées. L’entreprise a lancé en mars 2019 aux États‑Unis la Corona Refresca, disponible en trois variétés : Coconut Lime, Guava Lime et Passionfruit Lime. Avec ses goûts exotiques, ce hard seltzer devrait séduire la jeune génération. Une majorité d’analystes recommandent d’acheter l’action Constellation Brands, persuadés que le marché du cannabis va progressivement être légalisé dans la plupart des pays.

DIAGEO

L'empire britannique

  • Fondation: 1997
  • Siège: LONDRES (GB)
  • Chiffre d'affaires: £12.163 MRD (2018)
  • Employés: 30'000

Le coup marketing a fait grincer des dents les experts de la santé publique. En avril dernier, Diageo a lancé une édition limitée de son whisky Johnnie Walker aux couleurs de la série à succès Game of Thrones. Objectif non avoué par l’entreprise : séduire les jeunes générations fans de l’univers créé par George R. R. Martin. Un succès. Selon les résultats annuels de l’entreprise, publiés en juillet dernier, les ventes de Johnnie Walker ont progressé de 7% en un an. Mais le leader mondial des spiritueux, devant le français Pernod Ricard, n’avait pas vraiment besoin de cette opération pour afficher de solides résultats.

Propriétaire de la vodka Smirnoff, des bières Guinness ou encore des whiskys Lagavulin, Talisker et Caol Ila, le géant britannique a enregistré une hausse de son bénéfice net de 4,6%, à 3,16 milliards de livres, lors de son exercice 2018‑2019 achevé fin juin. Des résultats notamment tirés vers le haut par la bonne dynamique des branches Tequila (+29%) et Gin (+22%).

Autre bonne nouvelle, la vodka en baisse ces dernières années a renoué avec la croissance (+2%), tandis que la Guinness se maintient (+2%). Les analystes se montrent partagés quant à cette valeur. Une légère majorité conseille d’acheter le titre Diageo, quand les autres recommandent de conserver l’action déjà très bien valorisée après une hausse de 80% sur les cinq dernières années.

FEVER-TREE

Le gin chic

  • Fondation: 2004
  • Siège: LONDRES (GB)
  • Chiffre d'affaires: £237.4 MIO (2018)
  • Employés: 135

Les consommateurs qui achètent des alcools premiums pour leurs cocktails veulent les mélanger avec des produits de qualité. Fondé en 2004, le groupe britannique Fever‑Tree est le premier à l’avoir compris en misant sur les eaux toniques haut de gamme. Les « mixers » de l’entreprise, sortes de Schweppes de luxe, profitent particulièrement du renouveau du gin tonic. Sur ce segment, la part de marché de Fever‑Tree en Grande‑Bretagne est passée de 1,6% en 2014 à 12,6% en 2018, selon Euromonitor International. Sur la même période, celle de Coca‑Cola, propriétaire de la marque Schweppes, s’est contractée de 34,8% à 23,4%.

Résultat : depuis son entrée en Bourse en 2014, le titre de Fever‑Tree s’est apprécié de près de 1400%. Et ce n’est peut‑être pas fini. En 2018, les profits de Fever‑Tree ont encore bondi de 34%. Si l’entreprise est particulièrement dépendante du succès du gin tonic — ses eaux toniques assurent près de 80% de son chiffre d’affaires — le groupe commercialise également d’autres mixers, notamment des ginger ale, ginger beer et bitter lemon. Une majorité d’analystes conseillent d’acheter l’action.

HEINEKEN

L'étoile verte

  • Fondation: 1864
  • Siège: AMSTERDAM (NL)
  • Chiffre d'affaires: €22.5 MRD (2018)
  • Employés: 80'000

À l’occasion de la publication de ses résultats 2018, le brasseur néerlandais a annoncé avoir réalisé sa « meilleure prouesse depuis plus d’une décennie ». Une performance liée notamment au succès de sa bière sans alcool Heineken 0.0.

HITEJINRO

L'empereur du Soju

  • Fondation: 1924
  • Siège: SÉOUL (KR)
  • Chiffre d'affaires: KRW 1890 MRD (2018)
  • Employés: 3'000

En dehors des Coréens, peu de personnes connaissent le Soju. Et pourtant, cet alcool traditionnellement à base de riz est le spiritueux le plus vendu au monde, loin devant la vodka ou le whisky. La raison ? Les Coréens boivent beaucoup, beaucoup de Soju. En 2017, la marque numéro un, Jinro, a écoulé presque 700 millions de litres de ce breuvage, vendu moins de 3 euros la bouteille.

KIRIN

Le brasseur japonais

  • Fondation: 1885
  • Siège: TOKYO (JP)
  • Chiffre d'affaires: ¥1,900 MRD
  • Employés: 30'000

La Coupe du monde du rugby qui se tient du 20 septembre au 2 novembre au Japon devrait profiter au brasseur Kirin. Partenaire d’Heineken (sponsor officiel de la compétition), l’entreprise japonaise a prévu d’augmenter de 80% sa production durant le mois de septembre. La Kirin est l’une des bières les plus consommées dans l’archipel avec ses concurrentes Asahi, Sapporo et Suntory.

LANSON

Les fêtes dans la tête

  • Fondation: 1991
  • Siège: REIMS (FR)
  • Chiffre d'affaires: €277 MIO
  • Employés: 150

Troisième groupe de champagne au monde derrière LVMH et Vranken‑Pommery Monopole, la maison Lanson BBC a vu son chiffre d’affaires croître de 6,1% en 2018, par rapport à 2017. L’année 2019 démarre moins bien avec une baisse de 9,9% des revenus au premier semestre. Néanmoins, 50% des ventes de champagne étant réalisées lors des fêtes de fin d’année, Lanson BBC compte se rattraper en décembre.

LAURENT PERRIER

La montée en gamme

  • Fondation: 1812
  • Siège: TOURS-SUR-MARNE (FR)
  • Chiffre d'affaires: €249.6 MIO
  • Employés: 160

Spécialiste reconnu du Champagne, avec ses célèbres cuvées Grand Siècle et UltraBrut, la maison Laurent Perrier poursuit sa premiumisation. Actuellement, 40% du chiffre d’affaires de l’entreprise (249 millions d’euros en 2018) provient de champagnes haut de gamme.

MARIE BRIZARD

Le long tunnel

  • Fondation: 1755
  • Siège: PARIS (FR)
  • Chiffre d'affaires: €388.9 MIO
  • Employés: 2'000

Le groupe Marie Brizard Wine & Spirits (MBWS), qui possède notamment le whisky William Peel et la vodka Sobieski, traverse une mauvaise passe. Après avoir enregistré une perte de 67,3 millions d’euros en 2017, l’entreprise est restée dans le rouge en 2018 avec un déficit de 62 millions. Le premier semestre 2019 laisse entrevoir un léger rebond avec une perte limitée à 7,7 millions d’euros.

MOLSON COORS

The canadian-american

  • Fondation: 2005
  • Siège: DENVER (US)
  • Chiffre d'affaires: $10.8 MRD (2018)
  • Employés: 17'000

« Je n’ai aucun doute. Les hard seltzer sont là pour durer. » En août dernier, le CEO de la Molson Coors Brewing Company, Gavin Hattersley, a affiché sa confiance : les eaux alcoolisées ne sont pas un phénomène de mode. Et Molson Coors compte en profiter. Le groupe, fruit de la fusion des brasseries canadienne Molson et états‑unienne Coors en 2005, a lancé la marque Henry’s Hard Sparkling water en 2018.

PERNOD RICARD

Le petit jaune créatif

  • Fondation: 1975
  • Siège: PARIS (FR)
  • Chiffre d'affaires: €9.182 MRD (2018/2019)
  • Employés: 19'000

En 2012, le magazine américain Forbes avait classé Pernod Ricard en 15e position de son classement des entreprises les plus innovantes, devant des géants technologiques comme Google (24e) et Apple (26e). Ce palmarès avait fait sourire en France où Pernod reste associé à son apéritif anisé perçu comme ringard. Et pourtant, le groupe français – numéro deux mondial des spiritueux derrière le britannique Diageo – déborde de créativité. Outre le lancement de nouveaux produits, comme le gin rosé Beefeater pink ou le whisky Jameson Caskmates vieilli en fûts de bière brune, l’entreprise a signé l’an dernier un partenariat avec le géant du numérique chinois Tencent, propriétaire du réseau social WeChat.

Objectif : séduire les millennials chinois. Alors que les ventes d’alcool stagnent ou régressent en Europe, elles continuent d’augmenter en Asie. Une croissance dont compte profiter Pernod Ricard, notamment via les campagnes marketing ciblées permises par son partenaire Tencent. Une stratégie qui fonctionne. Sur l’année fiscale 2018/2019, achevée en août dernier, le groupe français a enregistré une hausse de son chiffre d’affaires en Chine de 21% et de 20% en Inde, alors qu’au niveau mondial ses ventes n’ont augmenté que de 6%.

Pour autant, Pernod Ricard n’en oublie pas ses marchés historiques. Cette année, le groupe a discrètement racheté l’entreprise d’e‑commerce espagnole Bodeboca, leader de la vente en ligne de vins en Espagne, tout juste un an après avoir acquis la plateforme Uvinum, spécialiste européen de la vente d’alcool sur Internet. Une majorité d’analystes conseillent de conserver le titre Pernod Ricard, déjà bien valorisé après une progression du cours de 78% ces cinq dernières années.

REMY COINTREAU

Le risque américain

  • Fondation: 1724
  • Siège: COGNAC (FR)
  • Chiffre d'affaires: €1.21 MRD (2018)
  • Employés: 1'800

Propriétaire des Cognacs d’exception Rémy Martin et Louis XIII, le groupe Remy Cointreau profite du succès phénoménal de cet alcool, dont 97,7% de la production est exportée hors de France. Mais les menaces de Donald Trump de taxer les vins et alcools français pourraient peser sur les résultats du groupe, si elles se concrétisent. Les États‑Unis sont en effet le premier marché mondial pour le cognac.

THAIBEV

La bière Chang

  • Fondation: 2003
  • Siège: BANGKOK (TH)
  • Chiffre d'affaires: SGD 10.411 MRD
  • Employés: 22'000

Thai Beverage, plus connue sous le nom de ThaiBev, est le plus grand brasseur thaïlandais. L’entreprise, cotée à la Bourse de Singapour, commercialise notamment les bières Chang et Archa.

 
Live chat